Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 2911. Littérature11.1. Littérature persane11.1.0. GénéralitésŠādī Āydīn. ‘Anāṣer-e farhangī va...

11. Littérature
11.1. Littérature persane
11.1.0. Généralités
313

Šādī Āydīn. ‘Anāṣer-e farhangī va adab-e īrānī dar še‘r-e ‘oṯmānī (az qarn-e nohom tā davāzdahom hejrī). Tehrān, Amīr Kabīr, 1385/2006, 213 p.

Michele Bernardini

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1La présence d’une influence littéraire persane dans la littérature ottomane est aujourd’hui établie. Il est toutefois remarquable que ce sujet n’ait été traité dans le passé que d’une façon assez timide à cause d’une considération « nationale » de la littérature ottomane qui a constitué une limite objective au développement d’un véritable secteur indépendant des recherches. Toutefois on notera une certaine relance récente du sujet : le cas du Dāneš-nāme-ye adab-e fārsī (VI. Adab-e fārsī dar Ānātūlī va Bālkān), publié par Ḥasan Anūše (voir mes c.r. n°320 et 321 dans Abs. Ir. 28), en est une démonstration. Le petit volume de Šādī Āydīn (Şadi Aydın) représente le résultat d’un autre effort dans ce domaine : il s’agit d’un petit manuel. Comme l’A. nous informe, ce travail part d’une thèse de doctorat rédigée entre Istanbul et Téhéran. Après avoir analysé la littérature turque préislamique et la littérature turque d’époque islamique en Anatolie et en Asie centrale, avec l’inclusion de la littérature turque produite au Khorāsān et dans le Māwarā’al-Nahr, Aydın se consacre finalement aux Ottomans. Dans le premier chapitre l’auteur trace un cadre synthétique de l’influence persane au cours des XIVe-XIXe s. On notera un effort pour dessiner une sorte de réciprocité dans les influences turques et persanes, dans le cadre universel de la production littéraire : au XVe s., on trouvera la production turque (en turc chaghataï) de Bābur aux côtés de celle des auteurs persans de l’époque de Mehmed Fatih à Istanbul, c’est le cas de Aḥmad Pāšā ou de Nejātī, tous deux d’Edirne. Au XVIe s., c’est le turc azéri du Shah safavide Esmā‘īl Ier , ainsi que les ouvrages de Foḍūlī de Bagdad qui sont mis en parallèle avec les ouvrages d’auteurs persans de l’empire ottoman, par exemple Tavakkolī Dede de Sarajevo ou Aḥmad Rošdī de Mostar. Le deuxième chapitre est consacré à la prosodie et aux modèles persans dans la poésie ottomane. On y trouvera les formes littéraires les plus employées avec une liste des principaux maṯnavīs d’inspiration persane. Le troisième chapitre touche à la question des principaux sujets persans que l’on trouve chez les poètes ottomans écrivant en turc. On y trouvera les personnages les plus importants du Šāh-nāme, répartis par catégories : les rois (pādešāhān : par ex. Ardašīr-e Bābakān et Bahrām) et les héros (pahlavān : comme Rostam et Gīv), les poètes (šā‘erān : par ex. Anvarī, Ḥāfeẓ, Ẓāher-e Faryābī, Vaṣṣāf), et d’autres personnalités (šaḫsiyat-hā-ye dīgar : tels que Abū ‘Alī b. Sīnā, Bārbod, Behzād, Neẓām al-Molk), ainsi que des ouvrages célèbres persans (āṯār-e adabiyāt-e īrānī dar še‘r-e ‘oṯmānī : le Bahārestān de Jāmī et le Šāh-nāme), des villes (šahr-hā : par ex. Ardabīl, Eṣfahān, Sabzavār) et d’autres lieux de l’Iran (amāken-e dīgar-e Īrān : comme Taḫt-e Jamšīd ou Qaṣr-e Šīrīn) ; s’y ajoutent d’autres éléments persans dans la poésie persane (ašiyā-ye farhang-e īrānī dar še‘r-e ‘oṯmānī : par ex. le Tāj-e Key, le Jām-e Jam), les mois (māh-hā-ye taqvīm-e īrānī dar še‘r-e oṯmānī : comme ordībehešt), les quadrupèdes (čahārpāyān-e farhang-e īrānī dar še‘r-e ‘oṯmānī : tels que Raḫš et Šabdīz) ; enfin, les autres tropes littéraires plus enracinés (eṣṭelāḥāt-e dīgar-e farhang-e īrānī dar še‘r-e ‘oṯmānī : le āyen-e Jam ; les Majūs). Cette partie de l’ouvrage d’Aydın, bien qu’assez succincte, est la plus intéressante. Un tableau final synthétise par des références croisées la présence des motifs persans dans l’œuvre de douze poètes ottomans.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michele Bernardini, « Šādī Āydīn. ‘Anāṣer-e farhangī va adab-e īrānī dar še‘r-e ‘oṯmānī (az qarn-e nohom tā davāzdahom hejrī). Tehrān, Amīr Kabīr, 1385/2006, 213 p. »Abstracta Iranica [En ligne], Volume 29 | 2008, document 313, mis en ligne le 15 septembre 2008, consulté le 16 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/31002 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.31002

Haut de page

Auteur

Michele Bernardini

Università di Napoli « L’Orientale »

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search