Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 2911. Littérature11.1. Littérature persane11.1.1. Littérature persane class...Aḥmad Aḥmadī. Ārmān-šahr-e dīnī d...

11. Littérature
11.1. Littérature persane
11.1.1. Littérature persane classique
319

Aḥmad Aḥmadī. Ārmān-šahr-e dīnī dar pahne-ye še‘r-e fārsī. Tehrān, Mo’asese-ye entešārāt-e čāp-e dānešgāh-e Tehrān, 1384/2005, 295 p. [La Cité religieuse idéale dans la poésie persane]

Ève Feuillebois-Piérunek

Texte intégral

1On peut s’étonner que les Presses de l’Université de Téhéran aient décidé de publier cet ouvrage. Si la foi shi’ite de l’A. ne fait guère de doute, cela ne suffit pas à faire de lui un chercheur : sa position résolument apologétique, son manque de culture générale, son insondable naïveté et la faiblesse de son expression laissent le lecteur perplexe.

2L’ouvrage est divisé en deux parties : la première est une introduction générale à l’eschatologie, la seconde traite de ce thème dans la poésie persane. Les intitulés de ces deux parties portent à confusion : « l’utopie dans les civilisations anciennes » et « la Cité idéale dans la littérature persane » ne sont pas réellement les thèmes traités dans ce livre.

3La première partie se subdivise en trois chapitres. Dans le premier, l’A. aborde la thématique des fins dernières et de l’attente eschatologique dans les civilisations anciennes, qui englobent indifféremment les zoroastriens, les hindouistes, les bouddhistes, les juifs, les chrétiens, … et les Britanniques (qui attendent le roi Arthur) ainsi que les Mongols (qui attendent le retour de Gengis Khân) ! Paix à l’âme de ces malheureux mécréants, présentés comme aveugles, ignorants, rétifs et de mauvaise foi !

4Le deuxième chapitre traite de l’influence du Coran et du ḥadīṯ sur la littérature persane, et cite les grands auteurs inspirés par la littérature religieuse. Le troisième chapitre étudie les fins dernières et l’attente du Mahdī en Islam. L’islam sunnite en prend pour son grade, la seule foi juste étant le shi’isme imamite : les sunnites ont prétendu que les ḥadīṯs touchant à l’imamat étaient forgés et cette attitude a ébranlé leur foi en Dieu même. L’exposé se clôt sur un sermon exaltant la foi shi’ite.

5Dans la deuxième partie, trente poètes persans sont examinés brièvement du point de vue de l’orthodoxie de leur foi. Là aussi le constat est sévère et le jugement impitoyable : il n’y a pas grand chose de valable dans la littérature classique. Pratiquement tous les auteurs considérés ont une foi faussée par leur sunnisme, à l’exception de quelques shi’ites ou supposés tels (Kasā’ī, Ferdowsī, Nāṣer Ḫosrow, Asadī Ṭūsī), de quelques sunnites qui ont parfois des éclairs de lucidité (Rūdakī, Sūzanī Samarqandī, Ẓahīr Fāryābī) et de quelques soufis (Sanā’ī, ‘Aṭṭār). Ces affirmations péremptoires et sans nuance ne sont évidemment aucunement étayées par des preuves textuelles ou une argumentation digne de ce nom.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ève Feuillebois-Piérunek, « Aḥmad Aḥmadī. Ārmān-šahr-e dīnī dar pahne-ye še‘r-e fārsī. Tehrān, Mo’asese-ye entešārāt-e čāp-e dānešgāh-e Tehrān, 1384/2005, 295 p. [La Cité religieuse idéale dans la poésie persane] »Abstracta Iranica [En ligne], Volume 29 | 2008, document 319, mis en ligne le 15 septembre 2008, consulté le 14 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/31162 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.31162

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search