Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 2911. Littérature11.1. Littérature persane11.1.1. Littérature persane class...Ḫāqānī-ye Šervānī. Ḫatm al-ġarā’e...

11. Littérature
11.1. Littérature persane
11.1.1. Littérature persane classique
324

Ḫāqānī-ye Šervānī. atm al-ġarā’eb (Tofat al-‘Erāqayn), nose-bargardān be qa‘-e al-e nose-ye aṭṭī-ye šomāre-ye 845-e ketābāne-ye mellī-ye Otrīš (Viyan), ketābat-e 593 h. / atm al-ġarā’ib (Tufat al-‘Irāqain). Reproduktionsausgabe im Originalformat des Cod.mixt. 845 der Österreichischen Nationalbibliothek (Wien). Anhang: Text der Handschrift Nr. 272/2 aus der Bibliothek “Sipahsālār” (Tehran). Be kūšeš va bā pīšgoftār-e Īraj Afšār. Pīšgoftār-e ālmānī-ye Bert. G. Fragner va Noṣratollāh Rastegār / Hrsg. und mit einer persischen Einleitung versehen von Iraj Afshar. Deutsche Einführung von Bert G. Fragner und Nosratollah Rastegar. Tehrān – Wien, Mīrāṯ-e maktūb - Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, 2006, xxix + 301+ x p.

Anna Livia Beelaert

Entrées d’index

Personnes citées :

Ḫāqānī-i Širvānī
Haut de page

Texte intégral

1Parmi les manuscrits persans acquis par la Bibliothèque Nationale à Vienne depuis 1868, et catalogués par Īraj Afšār en 2003 (voir Abs. Ir. 26, 2003, c.r. n° 1), peut-être le plus important est-il celui donné ici en édition photographique. (Il faut préciser qu’il ne s’agit pas d’un facsimile au sens propre : le format est agrandi de quelques millimètres, et les photographies sont en noir et blanc, ne montrant pas le rouge des réglures et des titres de l’original). Il s’agit du plus ancien manuscrit du seul maṯnavī de Ḫāqānī, daté du 12 jomādā I 593/ 2 avril 1197, œuvre qu’il acheva en 552/1157-58. Le ms. pourrait encore dater du vivant du poète, qui mourut probablement en 595/1199. Il est près de deux siècles plus ancien que le ms. considéré comme tel jusqu’ici, daté celui-là de 791/1389, et qui se trouve à l’Aya Sofya à Istanbul. Néanmoins il paraît peu probable que le poète ait été associé à la production du ms. de Vienne : le frontispice indique qu’il fut écrit pour ‘Ezz al-Dawla wa’l-Dīn Malekšāh b. Nāṣer al-Dīn Moḥ. b. Saldoq, le dernier souverain de la dynastie des Saltuqides, qui régna dans l’Anatolie orientale – dont la capitale était Erzurum – jusqu’à 598/1202. Les œuvres de Ḫāqānī ne nous donnent aucune information qui nous permettrait de supposer qu’il ait eu des liens directs avec des membres de cette dynastie, bien qu’il ait voyagé en Anatolie. Le ms. resta encore en Anatolie durant les siècles suivants : il contient une notice datée 772/1371 à Erzenjan, et c’est probablement dans cette région (en non pas à Istanbul comme Rastegar et Fragner le disent) que le diplomate et orientaliste français H. Ferté l’acheta en 1304/1886. Il le vendit avec d’autres mss, à la Bibliothèque Nationale de Vienne en 1913.

2Ce manuscrit de 110 folios, écrit dans un beau et lisible nasḫ, 15 lignes par page, offre non seulement plusieurs bonnes leçons, mais en outre le titre original de ce poème, Ḫatm al-ġarā’eb (aussi bien dans le frontispice que dans le colophon et – dans une notice plus tardive – sur une feuille de garde), qui est par ailleurs connu sous celui de Toḥfat al-‘Erāqeyn. Ainsi l’hypothèse formulée par l’auteur de ce c.r. dans un article de 1995 – et à laquelle il n’y a pas de référence ici – se trouve-t-elle confirmée (voir Abs. Ir. 17-19, 1994-96, c.r. no 658).

3L’édition est pourvue de deux introductions : une en persan, surtout philologique (pp. ix-xxix), rédigée par Afšār, plus ou moins identique à son article paru dans la revue Ma‘āref (XVI/2, novembre 1999, pp. 3-38), et une seconde plus brève et générale par Rastegār et Fragner en allemand (pp. v-x). Les données de ces deux introductions sont parfois en contradiction. Parmi les cinq addenda (au total une soixantaine de pages) se trouve entre autres un petit maṯnavī de 638 vers intitulé, lui aussi, Ḫatm al-ġarā’eb, dans une reproduction photostatique de l’édition publiée par Ḍ. Sajjādī dans la revue Farhang-e Īrān-Zamīn de 1344/1965. Selon l’article susmentionné de l’auteur de ce c.r. il était déjà clair qu’il s’agit ici d’une naẓīra (imitation) du maṯnavī de Ḫāqānī, en non pas d’une œuvre de Ḫāqānī lui-même ; pourtant il est encore considéré comme tel par les éditeurs. Il est regrettable que les éditeurs n’aient pas tenu compte des résultats des recherches de l’auteur de ce c.r. sur ce maṯnavī (voir Abs. Ir. 25, 2002, c.r. no 279), ce qui leur aurait évité de qualifier ce poème, dans lequel le poète déplore de ne pas pouvoir visiter les villes saintes, comme étant “le récit de son pèlerinage” (Afšār, p. xvi ; Rastegar/Fragner, p. v).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anna Livia Beelaert, « Ḫāqānī-ye Šervānī. atm al-ġarā’eb (Tofat al-‘Erāqayn), nose-bargardān be qa‘-e al-e nose-ye aṭṭī-ye šomāre-ye 845-e ketābāne-ye mellī-ye Otrīš (Viyan), ketābat-e 593 h. / atm al-ġarā’ib (Tufat al-‘Irāqain). Reproduktionsausgabe im Originalformat des Cod.mixt. 845 der Österreichischen Nationalbibliothek (Wien). Anhang: Text der Handschrift Nr. 272/2 aus der Bibliothek “Sipahsālār” (Tehran). Be kūšeš va bā pīšgoftār-e Īraj Afšār. Pīšgoftār-e ālmānī-ye Bert. G. Fragner va Noṣratollāh Rastegār / Hrsg. und mit einer persischen Einleitung versehen von Iraj Afshar. Deutsche Einführung von Bert G. Fragner und Nosratollah Rastegar. Tehrān – Wien, Mīrāṯ-e maktūb - Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, 2006, xxix + 301+ x p. »Abstracta Iranica [En ligne], Volume 29 | 2008, document 324, mis en ligne le 15 septembre 2008, consulté le 12 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/31292 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.31292

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search