Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 2911. Littérature11.1. Littérature persane11.1.1. Littérature persane class...Frédéric Lagrange. « L’obscénité ...

11. Littérature
11.1. Littérature persane
11.1.1. Littérature persane classique
329

Frédéric Lagrange. « L’obscénité du vizir ». Arabica, 53 (1), 2006, pp. 54-107

David Durand-Guédy

Texte intégral

1L’Aḫlāq al-wazīrayn est l’un des textes les plus féroces de la littérature arabe classique. Son auteur, Abū Ḥayyān Tawḥīdī, y règle ses comptes avec les deux vizirs būyides Ibn ‘Amīd et Ṣāḥib Ibn ‘Abbād, réservant toute sa hargne pour le second. Frédéric Lagrange, professeur d’arabe à la Sorbonne, connaît bien ce texte pour en avoir donné récemment une remarquable traduction française (La satire des deux vizirs, Paris, Actes Sud/Sindbad, 2004). Dans cet article, basé sur une communication présentée au colloque “Crossing Paths of Middle Eastern and Sexuality Studies” (Harvard, 2003), Lagrange analyse un aspect fondamental de la “stratégie de déconsidération” contre Ṣāḥib : l’accusation d’obscénité (suḫf), qui éclipse toutes ses autres tares (ignorance, pédanterie, jalousie, fanatisme, fourberie, avarice). L’article est articulé en trois parties. La première partie (pp. 59-73) présente les intervenants, à savoir Tawḥīdī et Ṣāḥib Ibn ‘Abbād. L’A. rappelle les circonstances de la rédaction et les enjeux du livre, et compare ce que l’on sait du vizir avec l’image qu’en donne Tawḥīdī. Il conclut que rien ne laisse penser que du point de la vue de la morale, la conduite de Ṣāḥib n’ait pas été dans la norme (ce qui ne veut pas dire qu’elle était acceptable du strict point de vue de la Loi sacrée) : « Tout l’art de Tawḥīdī consistera donc à faire passer une banalité pour une scandaleuse exception » (p. 73). Dans une seconde partie (pp. 73-83), Lagrange montre que l’obscénité avait sa place dans la satire (maṯālib) et dans le cadre ritualisé du mujūn (discours libertin). Les insultes, même à caractère « homo-érotique », étaient courantes. Cependant, dans la mesure où le discours obscène atteint dans l’Aḫlāq al-wazīrayn un niveau inégalé, Tawḥīdī doit faire attention à ne pas prêter le flanc à la critique (Lagrange parle d’un « dispositif de sécurité »). Il se protège de deux façons : d’une part, en évoquant son devoir de parole (la satire est condamnable, mais se taire serait pire encore) ; d’autre part en prenant soin de ne pas jamais apparaître lui-même comme l’auteur du discours obscène. Ce dernier aspect est développé en détail dans la troisième partie (pp. 83-96), qui expose la stratégie de Tawḥīdī. L’A. distingue trois phases du discours obscène dans l’Aḫlāq al-wazīrayn. Première phase, la mise en exergue d’épître au ton volontiers ordurier (dont l’une de son maître Jāḥiẓ) : ces textes (traduits en appendice pp. 101-7) préparent le lecteur à entendre un discours semblable sur Ibn ‘Abbād. Deuxième phase, les obscénités racontées par Ṣāḥib lui-même, dont l’attitude ridicule ne sied pas au ḥilm (longanimité) du souverain. Troisième phase, la mise en scène de témoins de Ṣāḥib, qui rapportent des anecdotes salaces. Un article passionnant et brillant sur un aspect majeur, et souvent occulté, de la littérature classique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Durand-Guédy, « Frédéric Lagrange. « L’obscénité du vizir ». Arabica, 53 (1), 2006, pp. 54-107 »Abstracta Iranica [En ligne], Volume 29 | 2008, document 329, mis en ligne le 15 septembre 2008, consulté le 14 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/31392 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.31392

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search