Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 2911. Littérature11.1. Littérature persane11.1.1. Littérature persane class...Attar and the Persian Sufi Tradit...

330

Attar and the Persian Sufi Tradition. The Art of Spiritual Flight. London - New York, I.B. Tauris / The Institute of Ismaili Studies, 2006, 355 p.

Compte-rendu réalisé par Rédaction

Texte intégral

1En complément du classique Océan de l’âme de Helmutt Ritter, cette collection d’articles, fruit d’une conférence internationale tenue les 16 et 17 novembre 2002 à la SOAS (Londres), rassemble des réflexions sur les principales œuvres de ‘Attâr tout en les situant dans le contexte de la tradition soufie persane.

2Les quinze contributions sont organisées en trois parties : Prose of the Spirit : Attar and the Persian Sufi Tradition : « Attar, Sufism and Ismailism » de Hermann Landolt situe le poète dans le contexte des traditions soufies et ismaéliennes et insiste sur ses liens avec le kubrawī Majd al-dīn Baġdādī et sur l’influence décelable de la pensée du philosophe ismaélien Naṣīr al-dīn Ṭūsī sur son eschatologie. Husayn Ilahi Ghomshei dans « Of Scent and Sweetness: Attâr and his Legacy in Rumi, Shabestari and Hafiz » démontre l’influence de ‘Aṭṭār sur les mystiques persans postérieurs dans les domaines de la langue, du symbolisme, de la rhétorique et de la théologie mystique. « Narratology and Realities in the Work of Attar » de Muhammad Este’lami est un examen critique de la biographie traditionnelle de ‘Aṭṭār d’après les taḏkere : l’article insiste sur les précautions à prendre avec ce type de sources, et établit une liste des ouvrages considérés comme authentiques par la recherche moderne. Dans « Sufi Saints and Sainthood in Attar’s Tadhkirat al-Awliyâ », Shahram Pazouki présente le célèbre recueil biographique et la conception attarienne de la sainteté. Enfin dans « Words and Deeds: Message and Structure in Attar’s Tadhkirat al-Awliyâ », Paul Losensky, qui a récemment traduit intégralement cet ouvrage en anglais, démontre le soin apporté au choix et à l’organisation des 72 chapitres, et analyse en détail la structure et la rhétorique des biographies de Dāwūd Tā’ī et Abū’l-Ḥusayn Nūrī.

3Flight of the Soul-Bird: Attar’s Conference of the Birds : « Blessed Perplexity: The Topos of Hayrat in Attar’s Mantiq al-Tayr » de Lucian Stone est une approche thématique de la perplexité (ḥayrat), état qui qualifie le mieux la sixième vallée, située entre l’Unicité (tawḥīd) et l’Annihilation suivie de la Surexistence (fanā’ va baqā), et qui correspond à l’abandon progressif de l’intellect. Dans « Flight of the Birds: The Poetic Animating the Spiritual in Attar’s Manteq al-teyr », Fatemeh Keshavarz analyse les métaphores poétiques et le monde imaginal de ‘Aṭṭār. « Illustrating Attar: A Pictorial Meditation by Master Habibollâh of Mashhad in the Tradition of Master Bihzâd » de Michael Barry s’appuie sur un manuscrit safavide illustré du « Langage des Oiseaux » pour montrer combien la peinture figurative islamique est imprégnée d’imagerie soufie. Dans « Representations of Attar in the West and in the East: Translations of the Mantiq al-Tayr and the Tale of Shaykh San‘ân », Christopher Shackle examine quelques traductions de ce poème en d’autres langues, en particulier celle, abrégée, de Fitzgerald en anglais, et la version penjabie du XIXe s. de Muḥammad Baḫš.

4The Poetics of Passion: Attar’s Lyric and Epic Poetry : Dans « Some Remarks on Forms and Functions of Repetitive Structures in the Epic Poetry of Attar », Johann Christoph Bürgel s’appuie sur l’analyse du conte de Marhuma pour montrer combien ces structures répétitives, héritées du Coran et du ḥadīṯ, sont essentielles pour comprendre l’œuvre de ‘Aṭṭār. Dans « Didactic Style and Self Criticism in Attar », Muhammad Isa Waley s’intéresse au didactisme voilé de l’auto-louange et de l’auto-critique ainsi qu’à leurs interactions avec le thème de la douleur. Leili Anvar-Chenderoff, dans « Without Us, From Us We’re Safe: Self and Selflessness in the Diwân of Attar », traite du thème du soi et de l’absence de soi dans les ġazals de ‘Aṭṭār, de l’annihilation par l’Aimé ou de l’auto-annihilation de l’amant, des paradoxes de l’identité et de la perte de soi, et de la fonction cathartique et maïeutique des images. Dans « Sufi Symbolism in the Persian Hermeneutic Tradition: Reconstructing the Pagoda of Attar’s Esoteric Poetics », Leonard Lewisohn illustre l’importance de la poésie de ‘Aṭṭār pour les mystiques de l’Iran médiéval à travers l’analyse de quatre commentaires d’un ġazal hermétique de ‘Aṭṭār, commentaires faits par Yaḥyā Bāḫarzī (m. 1336), Ṣafī al-dīn Ardabīlī (m. 1334), Āḏarī Ṭūsī (m. 1461) et par un shaykh mevlevi anonyme du XVIe siècle. Dans « Mystical Quest and Oneness in the Mukhtâr-nâma attributed to Farid al-din Attar », Ève Feuillebois-Piérunek reprend les arguments pour ou contre l’authenticité de cette œuvre à la lumière d’une analyse du contenu des quatrains et de ses similitudes avec la pensée de ‘Aṭṭār telle qu’elle se trouve formulée dans les œuvres dont l’authenticité n’est pas mise en doute. L’ouvrage se clôt avec l’article de Carl Ernst, « On Losing One’s Head: Hallajian Motifs and Authorial Identity in Poems Ascribed to Attar ». Son examen des ouvrages faussement attribués à ‘Aṭṭār illumine les différentes compréhensions et réceptions de cet auteur au fil des siècles, et explique les diverses interprétations données à sa pensée par les chercheurs européens et iraniens au XXe siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rédaction. « Attar and the Persian Sufi Tradition. The Art of Spiritual Flight. London - New York, I.B. Tauris / The Institute of Ismaili Studies, 2006, 355 p. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 29 | 2008, document 330, mis en ligne le 15 septembre 2008, consulté le 28 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/31412 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.31412

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search