Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 2911. Littérature11.1. Littérature persane11.1.1. Littérature persane class...Ma‘ṣūme Ma‘dankan. Basāṭ-e qaland...

11. Littérature
11.1. Littérature persane
11.1.1. Littérature persane classique
332

Ma‘ṣūme Ma‘dankan. Basā-e qalandar. Bargozīde va šar-e ġazal-hā-ye āqānī. Tabrīz, Entešārāt-e Āydīn, 1384/2005, 447 + ii p.

Anna Livia Beelaert

Texte intégral

1L’A. a déjà contribué par deux livres à l’étude de Ḫāqānī : un commentaire de quinze de ses qaṣīdes, Bazm-e dīrīne ‘arūs (Téhéran 1372/1993) et un inventaire de ses thèmes, Negāhī be donyā-ye Ḫāqānī (3 vols., Téhéran 1375/1996 – 1378/1999 ; (cf. c.r du 1er  volume, Abs. Ir. 20-21, no 664). Elle nous offre ici un large choix des ġazals de Ḫāqānī (donnant 151 des 340 des ġazals qui se trouvent dans son Dīvān dans l’édition de Ḍ. Sajjādī (2e éd., Téhéran 1357/1978), suivi d’un commentaire de type traditionnel, c’est-à-dire beyt par beyt (pp. 195-405), et précédé d’une introduction (pp. 1-61). Le volume est pourvu de quelques index, entre autres un index des mots et termes expliqués. Il manque une liste des ġazals choisis.

2D’autres chercheurs ont déjà publié de tels choix de poèmes de Ḫāqānī avec commentaire, comme Ḍ. Sajjādī (en 1351/1972, et de nouveau en 1373/1994) ou Mīr Jalāl al-Dīn Kazzāzī (Sarāče-ye āvā va rang, Téhéran 1376/1997 ; ce dernier a aussi publié un commentaire accompagnant sa propre édition du Dīvān, cf. Abs. Ir. 22, c.r. n° 482). Le lecteur visé par de telles anthologies n’est visiblement pas le chercheur en littérature classique, ni même l’étudiant, mais plutôt l’homme cultivé, qui voudrait lire un auteur classique sans avoir recours à un dictionnaire. Ainsi peut-on comprendre que le texte donné soit celui de l’édition de Sajjādī, sans l’apparat critique de celui-ci, quoiqu’on puisse regretter que les lectures parfois judicieuses de l’édition plus récente de Kazzāzī (2 vols., Téhéran 1375/1996) ne soient pas prises en considération. D’autre part un tel lecteur aurait gagné à disposer d’un texte vocalisé et où les eḍāfes seraient marqués, comme c’est le cas dans l’édition de Kazzāzī, et encore plus en détail dans son anthologie citée plus haut. Ma‘dankan ne donne même pas le mètre de chaque poème. Kazzāzī traitait aussi amplement les figures de style, ce que Ma‘dankan fait à peine. Mais ce qui manque également dans tous les commentaires est une discussion critique, si sommaire soit elle, des poèmes comme un tout ; on en reste à l’idée d’un poème comme une succession de vers sans relation entre eux, quoique les ġazals de Ḫāqānī en particulier montrent beaucoup de cohérence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anna Livia Beelaert, « Ma‘ṣūme Ma‘dankan. Basā-e qalandar. Bargozīde va šar-e ġazal-hā-ye āqānī. Tabrīz, Entešārāt-e Āydīn, 1384/2005, 447 + ii p. »Abstracta Iranica [En ligne], Volume 29 | 2008, document 332, mis en ligne le 15 septembre 2008, consulté le 18 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/31532 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.31532

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search