Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 2912. Sociologie12.1. IranSaeed Paivandi. Religion et éduca...

12. Sociologie
12.1. Iran
356

Saeed Paivandi. Religion et éducation en Iran. L’échec de l’islamisation de l’école. Paris, L’Harmattan, 2006, 208 p.

Azadeh Kian-Thiébaut

Entrées d’index

Rubriques :

12.1. Iran
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage, fondé sur une étude textuelle et des statistiques officielles, s’interroge sur les résultats de l’islamisation du système éducatif en Iran post-révolutionnaire. L’A. présente un aperçu rapide de la naissance de l’école moderne « à l’occidentale » en Iran à la fin du XIXe s. et son évolution sous les Pahlavī. Il décrit ensuite les critiques de l’école moderne par les « nouvelles tendances islamistes » à partir des années 1950. Il s’agit notamment de ‘Alī Šarī‘atī qui, s’inscrivant dans une perspective critique et révolutionnaire, a présenté une école alternative fondé sur le modèle islamique basé sur l’homme. Et l’āyatollāh Morteḍā Moṭahharī qui, à travers une lecture critique de la pensée occidentale dans ce domaine, mettait en valeur les traditions islamiques, soulignait la place de l’éthique et de la religion dans l’éducation et tentait de lier le rationnel et le sacré.

2Pour l’A., ancien enseignant du secondaire, qui a vécu de l’intérieur les changements dans le système éducatif en Iran après la révolution, l’islamisation de l’école était un projet politique prioritaire pour les dirigeants de la République islamique. Ce projet visait à promouvoir la culture islamique, endiguer l’influence de la culture occidentale, former le nouvel individu musulman à travers une acculturation religieuse, et assurer les progrès scientifiques et techniques pour atteindre l’autosuffisance économique. La réalisation de ce projet politique nécessitait une école endoctrinée et moraliste. Le système éducatif a connu deux périodes différentes depuis la révolution. La première, durant la décennie 1980, s’est caractérisée par l’expansion quantitative des effectifs et l’islamisation. La deuxième, quant à elle, est marquée par trois crises importantes à partir des années 1990 : crise démographique du fait de la demande croissante pesant sur le système éducatif, crise d’efficacité et crise idéologique. L’incapacité de l’État à répondre à la demande croissante d’éducation conduit à l’ouverture des écoles privées à partir de 1988 qui représentent aujourd’hui plus de 5% des élèves. Par ailleurs, l’A. affirme que le « clonage éducatif » recherché par la religion d’État est voué à l’échec. Mais, conclut l’A., la réforme profonde du système éducatif représente un immense chantier intellectuel et universitaire qui reste largement inachevé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Azadeh Kian-Thiébaut, « Saeed Paivandi. Religion et éducation en Iran. L’échec de l’islamisation de l’école. Paris, L’Harmattan, 2006, 208 p. »Abstracta Iranica [En ligne], Volume 29 | 2008, document 356, mis en ligne le 15 septembre 2008, consulté le 14 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/32032 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.32032

Haut de page

Auteur

Azadeh Kian-Thiébaut

Université Paris VII - Mondes iranien et indien

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search