Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 2912. Sociologie12.2. Afghanistan« Traditions et transformations d...

359
Carol Mann

« Traditions et transformations dans la vie des femmes afghanes des camps de réfugiés au Pakistan depuis le 11 septembre 2001 ». Thèse de doctorat (anthropologie sociale) de l’EHESS (dir. : Nilufar Göle), soutenue à Paris le 24 janvier 2006, 298 p. + phot. h.-t., bibl., glossaire.

Compte-rendu réalisé par Jean-Pierre Digard

Entrées d’index

Rubriques :

12.2. Afghanistan
Haut de page

Texte intégral

1Dans le prolongement d’un travail humanitaire, l’A. a mené des enquêtes sociologiques dans les camps de réfugiés au Pakistan, dans lesquels vivent quelque trois millions de réfugiés afghans – ici, surtout des Pathans (Pachtounes).

2La thèse comporte trois parties. Dans la première, C. Mann campe le décor et les acteurs, à savoir le contexte régional et historique, en particulier l'histoire des camps de réfugiés depuis l’intervention soviétique en Afghanistan de 1980. La deuxième partie est consacrée plus particulièrement à la situation des femmes dans ce contexte, leur statut dans la société afghane, leurs difficultés spécifiques dans les camps de réfugiés afghans, creuset d’une « modernité paradoxale » et d’une véritable « culture de guerre au féminin ». Dans la troisième partie, C. Mann tente un « gros plan » sur deux camps de réfugiés voisins, Khewa (de tendance marxiste) et Sharwali (traditionaliste pro-taliban), en leur appliquant à peu près le même plan : d’abord, les origines, l’évolution, le mode de gestion et les vecteurs de pouvoir ; ensuite, l’espace féminin ; enfin, les camps de réfugiés comme lieux de transition et de formation d’une « culture d’exil » fondée sur l’espoir du retour, espoir qu’alimente la perception du milieu d’accueil pakistanais comme fondamentalement hostile. La vision qui se dégage, en conclusion, de ces coups de zoom successifs est celle d’un exil, avec ou sans retour, et des camps, comme d’un moment et de lieux de brassage, qui contribuent à une réduction des différences entre les communautés et à un recul des structures patriarcales de la société pachtoune, bref à une accession à une modernité sans doute « paradoxale », mais surtout acquise dans la douleur. On retient également d’intéressantes « réflexions réflexives sur la méthodologie » qui viennent clore le travail.

3Incontestablement, les enquêtes originales, effectuées sur le terrain dans des conditions difficiles, et l’expérience humanitaire de C. Mann confèrent à son travail une épaisseur empirique exceptionnelle et une dimension salutaire de remise en cause de bien des clichés et des idées reçues, notamment d’une fascination béate de certains milieux occidentaux pour les moudjahidins de la résistance afghane.

4La thèse de C. Mann souffre cependant de plusieurs défauts – manque général de rigueur méthodologique, partis pris militants, références bibliographiques trop disparates, volume excessif dû à des développements superflus, nombre élevé de négligences d’écriture et de présentation – qui en amoindrissent la portée et la rendent impubliable en l’état.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Digard. Carol Mann, « « Traditions et transformations dans la vie des femmes afghanes des camps de réfugiés au Pakistan depuis le 11 septembre 2001 ». Thèse de doctorat (anthropologie sociale) de l’EHESS (dir. : Nilufar Göle), soutenue à Paris le 24 janvier 2006, 298 p. + phot. h.-t., bibl., glossaire. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 29 | 2008, document 359, mis en ligne le 15 septembre 2008, consulté le 19 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/32082 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.32082

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search