Navigation – Plan du site
421
Pfluger-Schindlbeck, Ingrid

« On the symbolism of hair in Islamic societies: An analysis of approaches ». Anthropology of the Middle East, vol. 1, n° 2, winter 2006, pp. 72-88.

Compte-rendu réalisé par Christian Bromberger

Entrées d’index

Rubriques :

16.1. Iran
Haut de page

Texte intégral

1Synthèse bibliographique sur le statut de la pilosité dans le monde musulman. L’A. présente tout d’abord les différentes théories anthropologiques sur les significations du traitement de la chevelure (associé à la sexualité selon E. Leach, au contrôle social selon C. Hallpike, symbole privé et public tout à la fois selon G. Obeyesekere, consacrant l’opposition entre les genres selon A. Synnott), puis diverses réflexions sur le voile (conçu par les uns comme une marque de ségrégation, par les autres comme un rempart contre le danger sexuel représenté par les femmes, par les autres encore comme un moyen de protéger le droit à l’intimité des femmes et de faciliter ainsi leurs relations sociales avec les hommes…). Suit une brève étude sociologique, inspirée par les travaux de C. Delaney et de J. Marcus, sur le statut de la pilosité en Turquie, sur les conceptions du corps et de la pureté qui y sont associées. Enfin l’A. analyse les significations du rituel de la première coupe de cheveux de l’enfant, offrande à Dieu qui rappelle le sacrifice abrahamique. La conclusion résume les différentes fonctions et significations que revêt le traitement de la pilosité dans le monde musulman (contrôle social, conceptions du corps, opposition entre les genres, scansion des rites de passage).

2Étude intéressante et bien documentée, mais dont la bibliographie, qui se veut exhaustive, souffre de plusieurs lacunes. L’A. avance que le livre édité par A. Hiltebeitel et B. Miller est le seul ouvrage récent interdisciplinaire consacré au sujet. C’est négliger, entre autres, celui édité par H. Eilberg-Schwartz et W. Doniger : Off with her head ! (University of California Press, 1995). Sur la Turquie, les travaux de B. Fliche, sur l’Iran ceux de N. Jozani, sur le monde musulman ceux de M.H. Benkheira, etc. auraient fourni d’utiles compléments. Enfin, peut-on pleinement comprendre les significations de la pilosité dans le monde musulman sans adopter une perspective comparative avec les civilisations voisines (juive, chrétienne…), le traitement du poil jouant un rôle démarcatif ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Bromberger. Pfluger-Schindlbeck, Ingrid, « « On the symbolism of hair in Islamic societies: An analysis of approaches ». Anthropology of the Middle East, vol. 1, n° 2, winter 2006, pp. 72-88. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 29 | 2008, document 421, mis en ligne le 15 septembre 2008, consulté le 19 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/33432

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page