Navigation – Plan du site
448
Parvīz Ejlālī

Degargūnī-ye ejtem‘ī va fīlm-hā-ye sīnemā’ī dar Īrān : jāme‘e-šenāsī-ye fīlm-hā-ye ‘āmme-pasand-e īrānī (1309-1357) [Social Change and Iranian Motion Picture: Sociology of Popular Films (1920-1978)]. Tehrān, Entešārāt-e Farhang va andīše, 1383 [2005], 431 p., ill., Bibliogr.

Compte-rendu réalisé par Poupak Rafii Nejad

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Le cinéma iranien (de ses débuts jusqu’avant la révolution) est l’objet d’étude de cet ouvrage, d’un point de vue sociologique. L’A. ne s’intéresse pas aux aspects esthétique, moral, éducatif ou artistique des films, mais à leur aspect représentatif. Il énonce ses sources théoriques (l’école de Francfort, L. Goldman, A. Asaberger, etc.) concernant d’une part l’analyse statique (structurelle) des thèmes traités par les films et leur interprétation et d’autre part une analyse dynamique des indices culturels et de la thématique des mouvements sociaux. Le choix de l’A. ne porte pas sur tous les films mais uniquement sur ceux du cinéma populaire et commercial (Fīlm-Fārsī). Ses choix sont justifiés par le fait que selon lui, seuls ces films (et non pas les films artistiques des cinéastes intellectuels) reflètent la réalité sociale de l’Iran de cette époque. Concernant le rapport de cause à effet, la société et la culture [de masse] sont cause de tout et le film ne fait que refléter la société. Avec un film comme Qeyṣar (réalisé par un cinéaste considéré comme intellectuel, Kīmiyā’ī), on peut se demander si cette thèse tient réellement, vu l’engouement qu’il a suscité à l’époque dans la société (coupe de cheveux, chaussures, démarche, expressions etc. Qeyṣarī) et cela longtemps après sa sortie. L’A. nie l’influence du cinéma sur la société, tout en l’admettant indirectement lorsqu’il parle de la vague Qeyṣar et de son influence sur les films populaires qui le suivirent.

2L’ouvrage est très riche en exemples, tableaux et références. La classification des films et des thèmes traités est mise en parallèle avec l’évolution de la société iranienne. Toutefois, on en reste au point de vue qui considère le cinéma comme une institution sociale produisant des films et non pas comme un média ou un moyen d’expression, de communication et d’échange avec des interlocuteurs.

3Les index sont au début du volume (photos, tableaux et graphiques). Une bibliographie (persane et anglaise) avec un glossaire (persan-anglais) des termes spécifiques se trouve à la fin de l’ouvrage. On regrettera l’absence d’un index des films.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Poupak Rafii Nejad. Parvīz Ejlālī, « Degargūnī-ye ejtem‘ī va fīlm-hā-ye sīnemā’ī dar Īrān : jāme‘e-šenāsī-ye fīlm-hā-ye ‘āmme-pasand-e īrānī (1309-1357) [Social Change and Iranian Motion Picture: Sociology of Popular Films (1920-1978)]. Tehrān, Entešārāt-e Farhang va andīše, 1383 [2005], 431 p., ill., Bibliogr. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 29 | 2008, document 448, mis en ligne le 15 septembre 2008, consulté le 19 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/33862

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page