Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 2917. Musique et Arts du spectacle17.2. Arts du spectacleRiccardo Zipoli. Solitudini persi...

17. Musique et Arts du spectacle
17.2. Arts du spectacle
456

Riccardo Zipoli. Solitudini persiane. Photographies de Riccardo Zipoli, textes de Mahvash Alemi, Marilena Bonomo et Nicola Coviello (éd.), traduction des poèmes de Sohrâb Sepehri par Riccardo Zipoli et Gianroberto Scarcia, Bari, Edizioni dal Sud, 2006, 59 p., xxvii photos couleur.

Justine Landau

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Parallèlement à ses activités d’enseignement et de recherche sur la poétique persane classique, Riccardo Zipoli entretient depuis des années avec l’Iran une idylle photographique qui l’a conduit à réaliser de nombreuses expositions, individuelles ou collectives, et plusieurs livres d’art (en part. Un giardino nella voce, Florence, 1995 et While Poppies Bloom, Téhéran, 2005 ; pour plus de détails, voir le site internet http://www.riccardozipoli.com). Diplômé du Centro Sperimentale di Cinematografia de Rome, il a développé un rapport très réfléchi à son art, qui croise souvent les chemins empruntés par son maître et ami, ‘Abbās Kiyārostamī.

2La présente monographie – vingt-sept tirages couleur de format 8x12 cm –, constitue le catalogue de l’exposition de Castello Svevo (Bari, 8 juin-31 août 2006). Elle condense, dans son petit format, l’essence même du travail de Zipoli photographe : des paysages dépouillés, en aplats de couleurs, proches de l’abstraction, glanés aux quatre coins de l’Iran ; pas de portraits, mais des silhouettes rendues à leur fonction dynamique de vecteur au sein d’un espace où la présence humaine se découvre indirectement, ici à travers un muret de terre ou une route en zigzag, là dans une porte de guingois. Ces images délicates, et fortement stylisées, n’en assument pas moins une certaine ironie. Les légendes sont souvent déceptives ; et il faut parfois y regarder à deux fois pour reconnaître le paysage référentiel derrière ces lignes à géométrie variable et ces bandes de couleur franches ; comme si la nature elle-même se jouait du réalisme photographique.

3Le dialogue entre texte et images est aussi une constante du travail de Riccardo Zipoli. Ici, les photos s’articulent avec les poésies de Sohrāb Sepehrī dans un réseau de renvois complexe qui n’est jamais un simple rapport d’illustration. Il s’agit bien plutôt de citations, et d’épaissir la puissance évocatrice des images. A l’opposé d’un orientalisme sentimental de mauvais aloi aussi bien que d’une quelconque vérité ethnographique, la photographie de Riccardo Zipoli déploie une vision singulière et hautement inspirée de l’Iran.

4Pour un c.r. plus détaillé de cet ouvrage, on se reportera à la Nouvelle Revue des Etudes Iraniennes, n°1, printemps 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Justine Landau, « Riccardo Zipoli. Solitudini persiane. Photographies de Riccardo Zipoli, textes de Mahvash Alemi, Marilena Bonomo et Nicola Coviello (éd.), traduction des poèmes de Sohrâb Sepehri par Riccardo Zipoli et Gianroberto Scarcia, Bari, Edizioni dal Sud, 2006, 59 p., xxvii photos couleur. »Abstracta Iranica [En ligne], Volume 29 | 2008, document 456, mis en ligne le 15 septembre 2008, consulté le 12 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/33982 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.33982

Haut de page

Auteur

Justine Landau

Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search