Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 2917. Musique et Arts du spectacle17.2. Arts du spectacleRiccardo Zipoli. Venezia alle fin...

17. Musique et Arts du spectacle
17.2. Arts du spectacle
457

Riccardo Zipoli. Venezia alle finestre. Con versi di Mirzā ‘Abdolqāder Bidel. Photographies et traduction des poèmes de Bīdel par Riccardo Zipoli, Venezia, Marsilio Editori, 2006, 115 p., lxxii photos couleur, index des lieux et des vers.

Justine Landau

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Lorsqu’il l’interpelle sous son objectif, elle se décuple à l’infini. Dans ce catalogue d’exposition individuelle, le second cette année, Riccardo Zipoli s’est enfin autorisé à photographier sa ville d’élection ; et ce, pour le plus grand bonheur du spectateur qui découvre une Venise insolite et facettée de reflets qui, d’une fenêtre à l’autre, se décline sous les traits d’une immense « galerie à ciel ouvert ». Car il ne faut pas se laisser abuser par le titre. Ce « Venise aux fenêtres » ne contient pas davantage de scènes de genre que de clichés urbains. Chaque image représente simultanément deux lieux qui ne sont pas, en temps réel, contemporains au regard : une vitre dans son environnement immédiat (mur, encadrement), et son vis-à-vis, proche ou lointain, campanile ou fenêtre, lui-même venu se réfléchir tout naturellement dans le premier plan.

2Mais c’est aussi d’Iran qu’il s’agît, celui-là même que l’universitaire parcourt dans ses recherches érudites. Poursuivant sa quête d’échos entre images et littérature, Riccardo Zipoli prend cette fois appui sur le dīvān de Bīdel, et plus particulièrement sur son traitement poétique du reflet, pour enrichir la lecture de ses images (les extraits sont sélectionnés par l’occurrence du terme āyene, « miroir », grâce au logiciel de lexicométrie élaboré par l’A. et son équipe dans le projet Lirica Persica). C’est ainsi que le reflet, tout à la fois motif littéraire et phénomène optique, réunit Orient et Occident, poésie et photographie, dans une étroite correspondance qui tient souvent ici de la mise en abyme. Dans la poésie de Bīdel, le miroir s’offre en effet à une interprétation mystique qui interroge à son tour les vitres photographiées. Le texte persan, lui-même réfléchi dans sa traduction italienne, encourage ainsi un parcours de lecture complexe au terme de laquelle, texte et image étant devenus le double l’un de l’autre, aucun élément n’est plus tout à fait identique à lui-même. Cet ouvrage est ainsi exemplaire du « réalisme idéal » dont se revendique le photographe, lui dont les images peuvent toujours déjà se lire comme une interprétation à part entière de la poésie persane.

3Pour un c.r. plus détaillé de cet ouvrage, on se reportera à la Nouvelle Revue des Etudes Iraniennes, n°1, printemps 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Justine Landau, « Riccardo Zipoli. Venezia alle finestre. Con versi di Mirzā ‘Abdolqāder Bidel. Photographies et traduction des poèmes de Bīdel par Riccardo Zipoli, Venezia, Marsilio Editori, 2006, 115 p., lxxii photos couleur, index des lieux et des vers. »Abstracta Iranica [En ligne], Volume 29 | 2008, document 457, mis en ligne le 15 septembre 2008, consulté le 13 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/33992 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.33992

Haut de page

Auteur

Justine Landau

Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search