Navigation – Plan du site
3
Devin DeWeese

Studies on Central Asian History in Honor of Yuri Bregel. Indiana University, Research Institute for Inner Asian Studies, Bloomington, Indiana, 2001, xii-354 p. [Indiana University Uralic and Altaic Series, Denis Sinor, Editor, volume 167].

Compte-rendu réalisé par Maria Szuppe

Texte intégral

1Livre collectif impressionnant tant par la qualité des contributions – toutes par des spécialistes internationaux renommés – que par l’ampleur de la vision de l’Asie centrale médiévale et moderne qui se dégage à la lecture de ce volume. Les articles ici rassemblés, pour la plupart basés sur l’exploitation de sources et documents nouveaux, représentent chacun une contribution originale à la recherche historique, mais aussi à la numismatique, à la philologie, à l’ethnographie... Après une introduction de Devin Deweese sur la biographie et l’œuvre de Yuri Bregel, à qui ce volume est présenté en hommage, et une bibliographie détaillée de ce savant, Richard N. Frye donne un aperçu de l’état des connaissances sur l’origine du nom de Boukhara et un bref résumé de son histoire pré-islamique [« Bukhara Finale », pp. 21-25].

2La contribution de Peter B. Golden est consacrée au vocabulaire de l’esclavage en langues turciques médiévales, sujet qui intéressera au plus haut point les spécialistes du monde musulman au sens le plus large [« The Terminology of Slavery and Servitude in Medieval Turkic », pp. 27-56]. Les termes liés à l’esclavage et à la servitude démontrent les différences entre les pouvoirs steppiques de la période pré-chingiskhanide, et ceux qui adoptent le système développé au sein des sociétés sédentarisées.

3L’article présenté par Beatrice Forbes Manz [« Family and Ruler in Timurid Historiography », pp. 57-78] examine les principaux buts avérés des historiographes de l’époque timouride et les méthodes employées pour y arriver. Ainsi la légitimation du pouvoir de la dynastie est au centre de leur préoccupation : d’abord, la question centrale du rattachement des Timourides à la lignée de Chingis Khān, ensuite, vers le milieu du 15e s., la justification de l’interception du pouvoir par une branche concurrente à l’intérieur de la dynastie.

4Dans son article consacré à la constitution et au fonctionnement de la bibliothèque privée et familiale de Ḥvāja Moḥammad Pārsā Ḥāfeẓī (m. 822/1420) à Boukhara, Maria Eva Subtelny s’interroge sur le rôle des savants et bibliophiles médiévaux dans la conservation et la transmission des manuscrits ainsi que des documents à travers les siècles [« The Making of Bukhārā-yi Sharīf : Scholars, Books, and Libraries in Medieval Bukhara (The Libraray of Khwāja Muḥammad Pārsā) », pp. 79-111].

5Jo-Ann Gross s’intéresse à un groupe de documents particulier, les pétitions (arḍ-nāma) adressées par Ḫvāja ⁽Obeydollāh Aḥrār (m. 896/1490) à la cour de Hérat, en tant que sources pour l’histoire économique [« Naqshbandī Appeals to the Herat Court : A Preliminary Study of Trade and Property Issues », pp. 113-128]. Les lettres montrent l’étendue des intérêts fonciers et financiers de Ḫvāja Aḥrār et de l’ordre naqšbandī, non seulement en Transoxiane où se trouvait concentré l’essentiel de ses activités, mais également dans le Khorâssân, en Inde, et jusqu’aux frontières de la Chine.

6L’étude des sources numismatiques constitue la base de l’article suivant, dû à Elena A. Davidovich et consacré à l’analyse de la situation monétaire de la Transoxiane et du Khorâssân aux 15e et 16e siècles [« The Monetary Reform of Muḥammad Shïbānī Khān in 913-914/1507-08 », pp. 129-185]. L’article clarifie les étapes de la reforme monétaire du début du 16e s. et son ampleur, en associant à l’étude des monnaies l’analyse des sources écrites : en plus du texte bien connu de Ḫvāndamīr, aussi des documents (vaṯīqa), des donations de mainmorte (vaqf-nāma) ...

7C’est justement une source de cette dernière catégorie, les vaqf-nāma, qui a été mise à contribution par Robert D. McChesney dans sa recherche sur le Balkh médiéval [« Reconstructing Balkh : The Vaqfīya of 947/1540 », pp. 187-243]. Le document est unique tant pour sa richesse en données topographiques qu’en informations sur le fonctionnement de l’organisation sociale. Outre la traduction de ce document de 178 lignes, l’article donne le fac-similé de l’original, des propositions graphiques de reconstruction de certains quartiers, et un tableau des noms de propriétaires fonciers mentionnés dans le document.

8La contribution de Devin DeWeese se penche sur le statut et le rôle joué par les familles descendant de Seyyed ⁽Aṭā’ī (fin 13e-début 14e s.), figure « sainte » incorporée dans la lignée de l’ordre yasavī dès le 15e s. [« The Sayyid ⁽Atā’ī Presence in Khwārazm during the 16th and early 17th Centuries », pp. 245-281]. Les traditions liées à Seyyed ⁽Aṭā’ī semblent moins marquées et le rôle politique et institutionnel de ses descendants moins important dans le Khorezm qu’en Transoxiane, en tout cas jusqu’au 19e s. où les descendants khorezmiens de Seyyed ⁽Aṭā’ī ont acquis une position d’importance à la cour.

9Jürgen Paul exploite trois collections de sources principalement inédites (documents d’archives et lettres) pour analyser le système structurel des États ouzbeks et, notamment, les rapports entre le souverain et les groupes tribaux constituant la masse de la force militaire [« On Some 16th- and 17th-Century Documents Concerning Nomads », pp. 283-296]. L’article montre l’importance de ces sources pour la compréhension de l’impact qu’ont exercé les nomades sur les processus de construction de l’État, ou sur le fonctionnement des structures politiques.

10L’article présenté par Allen J. Frank analyse un ouvrage d’historiographie locale, Tārīḫ‑e Astarḫān de Ḥāfeẓ Jahānšāh, source la plus détaillée sur l’histoire religieuse d’Astrakhan du début du 20e s. [« Muslim Sacred History and the 1905 Revolution in a Sufi History of Astrakhan », pp. 297-317]. La singularité de ce traité historique réside dans son traitement personnel des thèmes d’actualité (le progrès, la liberté, l’éducation « européenne », la culture islamique...), approche qui oblige l’auteur à mettre en question la pertinence de la catégorisation conventionnelle en « réformistes » et « traditionalistes ».

11Deux articles d’ordre plus général ont été placés en fin du volume. Dans le premier, l’ethnographe G. E. Markov peint un large tableau des sociétés nomades des continents africain et asiatique, tout en cherchant à mettre en lumière les modèles de l’organisation sociale, et de leur interaction avec les sociétés ou États environnants [« The Social Structure of the Nomads of Asia and Africa », pp. 319-340].

12Dans le second, l’historien Bert G. Fragner développe les constituants, les étapes et les évolutions du « mental mapping » ou, autrement dit, de la perception de l’espace comme catégorie structurante de l’identité de soi et, comme telle, imprimée dans la mémoire collective des sociétés iraniennes et centre-asiatiques [« The Concept of Regionalism in Historical Research on Central Asia and Iran (A Macro-Historical Interpretation) », pp. 341-354].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria Szuppe. Devin DeWeese, « Studies on Central Asian History in Honor of Yuri Bregel. Indiana University, Research Institute for Inner Asian Studies, Bloomington, Indiana, 2001, xii-354 p. [Indiana University Uralic and Altaic Series, Denis Sinor, Editor, volume 167]. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 24 | 2003, document 3, mis en ligne le 05 janvier 2010, consulté le 20 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/34103

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page