Navigation – Plan du site
32
V. N. Pilipko

Staraja Nisa. Osnovnye itogi arxeologicheskogo izuchenija v sovetskij period. Moscou, Nauka, 2001, 432 p., VIII planches en couleur. [L’Ancienne Nisa. Principaux bilans de l’étude archéologique à l’époque soviétique]

Compte-rendu réalisé par Claude Rapin

Entrées d’index

Rubriques :

3.0. Généralités
Haut de page

Texte intégral

1Le site de l’Ancienne Nisa, première capitale des Parthes, a été l’objet depuis 1930 de plusieurs séries de recherches archéologiques, qui en font, avec les fouilles d’Aï Khanoum et de Takht-i Sangin, l’un des sites les plus richement documentés pour l’époque marquée par l’hellénisme centre-asiatique.

2Cet excellent ouvrage de V. N. Pilipko présente le bilan des fouilles jusqu’à la fin de l’époque soviétique en 1991, dans une approche à la fois historiographique et descriptive.

3Le premier chapitre résume, en trois périodes, l’histoire des recherches, à l’aide de nombreux plans qui traduisent l’évolution des démarches et des interprétations : I) les fouilles de l’Institut turkmène d’histoire de 1930 à 1936 qui met très vite en lumière l’importance de la Salle Carrée ; II) les fouilles de l’expédition archéologique complexe du Turkménistan méridional de 1946 à 1967, qui culminent avec la découverte des rhytons de la maison carrée (la « trésorerie »), au moment des événements tragiques du séisme d’Ashkhabad en 1948 ; III) les études architecturales du complexe monumental central de 1979 à 1991. Les recherches ultérieures ne sont pas inclues dans l’étude, dans la mesure où elles font appel à la nouvelle approche consécutive à la fin du monopole soviétique et à des fouilles encore en cours (notamment l’édifice de la salle ronde, dont la fouille a été reprise sous la direction d’Antonio Invernizzi de l’Université de Turin).

4Les chapitres suivants rassemblent les bilans de chaque domaine de la recherche, à savoir une partie introductive consacrée aux plus anciennes périodes de l’Ancienne Nisa, avec une étude sur la topographie du site et le système des fortifications [chapitre II] ; le complexe architectural nord (Maison Carrée et édifices annexes pour le dépôt de vin) [chapitre III] ; le complexe monumental central avec la description de chacun de ses édifices : la zone « palatiale » nord-est, la salle carrée (sujet déjà développé par V. N. Pilipko dans Staraja Nisa. Zdanie s kvadratnym zalom [Ancienne Nisa. L’édifice à salle carrée], Moscou, 1996), le monument sur plate-forme, la salle ronde [chapitre IV].

5Les deux chapitres suivants concernent les trouvailles, d’abord celles qui illustrent les techniques architecturales comme les briques, colonnes, tuiles à la grecque, décor architectural de brique cuite (« métopes », merlons, acanthes), en bois, en pierre, en stuc [chapitre V], puis les objets avec des schémas de distribution dans l’espace : statuaire par matériau, peinture murale, monnaies, rhytons, ostraca, céramique, armement, art décoratif, dont des statuettes en métal, des objets en matériaux précieux, comme le cristal ou l’ivoire, du mobilier en ivoire [chapitre VI].

6Le chapitre VII constitue la synthèse principale de la problématique relative à la chronologie et à la fonction de l’ancienne Nisa sur la plan historique, géographique, culturel, politique, religieux. Toutes les hypothèses sont revues, avec un choix pour l’identification de l’ancienne Nisa comme résidence royale dans une première période, du milieu du 3e s. au milieu du 2e s. av.n.è. ; et une fonction rituelle entre le 2e s. av. n.è. et le 2e s. de n.è., comme centre culturel dynastique des Arsacides quand est construit le complexe central. Une troisième période, aux 2e-3e s., est représentée par des constructions plus modestes. L’époque médiévale, quant à elle, est décrite au chapitre VIII.

7La fin de l’ouvrage comprend une série d’annexes avec un index des termes propres au site, une bibliographie chronologique des publications sur Nisa de 1813 à 2000, une histoire et un inventaire des archives de la fouille, une brève biographie des chercheurs jusqu’en 1991.

8Cet ouvrage, qui ne résume pas seulement les anciennes fouilles, mais propose un classement rigoureux de la documentation et fait le point des réflexions relatives à ce site jusqu’à ces derniers temps, constitue une référence, non seulement pour l’étude des fouilles antérieures à 1991, mais aussi pour notre connaissance de l’époque hellénistique et parthe en général.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Rapin. V. N. Pilipko, « Staraja Nisa. Osnovnye itogi arxeologicheskogo izuchenija v sovetskij period. Moscou, Nauka, 2001, 432 p., VIII planches en couleur. [L’Ancienne Nisa. Principaux bilans de l’étude archéologique à l’époque soviétique] », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 24 | 2003, document 32, mis en ligne le 05 janvier 2010, consulté le 20 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/34232

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page