Navigation – Plan du site
54
Pierre Briant

Irrigation et drainage dans l’Antiquité, qanats et canalisations souterraines en Iran, Égypte et en Grèce. Séminaire tenu au Collège de France, Paris, Thotm éditions, 2001, 190 p., ill.

Compte-rendu réalisé par Rémy Boucharlat

Texte intégral

1À l’origine de ce dossier, se trouvent des questions à plusieurs niveaux que se posait l’éditeur : sur quoi est fondée l’attribution des qanāt à l’Iran préachéménide et de quelle technique les sources orientales et occidentales parlent-elles ? Quelle valeur a le modèle diffusionniste qui attribue à l’empire perse l’introduction systématique de cette invention supposée iranienne dans plusieurs régions de l’Orient ancien ? Que vaut le concept de « sociétés hydrauliques » proposé par K. Wittfogel pour qui le qanāt fait partie des techniques d’irrigation que seul pouvait mettre en œuvre un état fort et centralisé ? Avant les sept intervenants qu’il a rassemblés sur cette question, et donnant l’exemple, P.B. dissèque le texte de Polybe qui décrit, sans les avoir vus, des qanāt sur le piémont de l’Elburz. Ce sont pour P.B. de véritables qanāt, dont Polybe n’a pas compris le mode de fonctionnement, et qui sont le fait de communautés villageoises. Le roi perse sait tout l’intérêt de ce système de mise en valeur des terres, mais il n’est pas le commanditaire des travaux. D. Knoepfer et Th. Chatelain traitent du cas des galeries d’Érétrie en Grèce qui sont, elles, des galeries de drainage, bien que la technique et le vocabulaire (dans les inscriptions) aient à voir avec les galeries souterraines d’acquisition de l’eau.

2Pour la période perse, les découvertes de ʽAyn Manawir dans l’oasis de Kharga en Égypte sont capitales (M. Wuttmann, M. Chauveau) ; elles montrent la mise en place de qanāt dès l’époque perse dans une région impropre à l’agriculture non irriguée. La documentation écrite (sur ostraka) rend compte de l’organisation qui préside à cette agriculture, dans laquelle la cession ou la location des terres cultivables est liée aux droits de l’eau. Revenant sur les origines de la technique, l’Urartu (le NO de l’Iran au VIIIe s. av.n.è.), M. Salvini annonce : « Pas de qanat en Urartu », faute de preuves ; en revanche, ces mêmes Urartéens étaient passés maîtres dans l’art de capter et de conduire l’eau des montagnes sur des dizaines de kilomètres pour irriguer jardins et champs. En Arabie du SE, des galeries d’eau souterraines apparaissent bien avant les Achéménides, mais elles semblent capter des nappes peu profondes et rien n’indique que le captage d’aquifères profonds soient antérieurs au 1er millénaire de l’ère chrétienne (R. Boucharlat). Enfin, B. Bousquet revient sur la question en géographe à partir des exemples de ʽAyn Manawir. Les aspects méthodologi­ques soulevés ici suscitent des développements et, parallèlement, des enquêtes de terrain dans diverses régions du monde ; d’autres réunions récentes contribuent à reformuler les questions de départ : de quoi parlons-nous ? de quelles données chronologiques disposons-nous ? Alors, il sera possible de déterminer des foyers, de les dater, d’observer la présence de telle technique en tel lieu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémy Boucharlat. Pierre Briant, « Irrigation et drainage dans l’Antiquité, qanats et canalisations souterraines en Iran, Égypte et en Grèce. Séminaire tenu au Collège de France, Paris, Thotm éditions, 2001, 190 p., ill. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 24 | 2003, document 54, mis en ligne le 05 janvier 2010, consulté le 26 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/34281

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page