Navigation – Plan du site
74
J. Oates et D. Oates

Nimrud. An Assyrian Imperial City Revealed. The British School of Archaeology in Iraq, Londres, 2001, 309 p., nombr. ill. 12 pl. en coul.

Compte-rendu réalisé par Astrid Nunn

Texte intégral

1Longtemps les archéologues ont pris au mot les propos de Xénophon qui passa avec son armée près de Nimrud en 401 et selon qui « la ville était déserte » (Anabase III, 4.7). Ces dernières années, certains chercheurs se sont intéressés aux années qui ont suivi la destruction des capitales néo-assyriennes avant le renouveau partho-séleucide (cf. St. Dalley, « Nineveh after 612 BC », Altorientalische Forschungen 20, 1993, pp. 134-147). Ce nouveau livre ne traite qu’en passant de l’achéménide à Nimrud. Mais il est évident que Nimrud n’a pas été complètement rasé par la coalition médo-babylonienne. Ici et là des structures architecturales et certains objets indiquent une continuation jusqu’à l’époque achéménide (dans le Burnt Palace p. 129, 258, South-East Palace p. 132, town wall houses p. 135, cf. aussi p. 259).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Astrid Nunn. J. Oates et D. Oates, « Nimrud. An Assyrian Imperial City Revealed. The British School of Archaeology in Iraq, Londres, 2001, 309 p., nombr. ill. 12 pl. en coul. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 24 | 2003, document 74, mis en ligne le 05 janvier 2010, consulté le 23 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/34328

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page