Navigation – Plan du site
76
Shahrokh Razmjou

« Des traces de la déesse Spenta Armaiti à Persépolis. Et proposition pour une nouvelle lecture d’un logogramme élamite ». St. Ir. 30, 1, (2001), pp. 7-15

Compte-rendu réalisé par Rémy Boucharlat

Texte intégral

1Version remaniée de l’article de l’A. dans Majalle-ye bāstān-šenāsī va tārīḫ (12, 1-2). L’A. démontre de façon convaincante que derrière la déesse nommée Išpandarmattiš dans l’élamite achéménide des tablettes de Persépolis se cache l’iranienne Spenta Ārmaiti. Les six occurrences de ce nom, dans quatre cas accompagné du nom de Mithra, ont trait à la remise de rations à un prêtre, un mage pour célébrer une cérémonie en un lieu dont nous ignorons encore tout.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémy Boucharlat. Shahrokh Razmjou, « « Des traces de la déesse Spenta Armaiti à Persépolis. Et proposition pour une nouvelle lecture d’un logogramme élamite ». St. Ir. 30, 1, (2001), pp. 7-15 », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 24 | 2003, document 76, mis en ligne le 05 janvier 2010, consulté le 26 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/34336

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page