Navigation – Plan du site
83
M. Abka’i-Khavari

Das Bild des Königs in der Sasanidenzeit. Schriftliche Überlieferungen im Vergleich mit Antiquaria (Texte und Studien zur Orientalistik, 13) (Diss. München 1999), Georg Olms Verlag Hildesheim/Zürich/New York, 2000, 307 p., 23 fig. et 13 pl.

Compte-rendu réalisé par Karin Mosig-Walburg

Texte intégral

1Ce volume est divisé en 5 parties : après un esquisse de l’histoire politique sassanide l’auteur présente les différentes sources écrites dont elle s’est servie et les Antiquaria. Sur la base des sources elle peint toutes les facettes de l’image du roi : l’idéologie royale, l’institution de la royauté, l’apparence du roi, le roi en différentes situations (le roi fêtant, le roi chasseur etc.) ; les aspects de la conduite des sujets envers le roi sont abordés de même que tout ce qui concerne la mort du roi. L’étude finit par un résumé. Suivent une annexe avec un tableau chronologique, les sources écrites en traduction allemande, une liste des sigles, la bibliographie, l’index des figures et planches (23 figures et 13 planches).

2Dans l’introduction l’auteur annonce le but de son étude : la reconstruction de l’image subjective du roi (das « subjektive Selbstbildnis ») et de l’image que les rois se sont faite d’eux-mêmes (das « Selbstverständnis der Sasaniden »). Pour arriver à ce but, elle dépouille les sources écrites de l’époque islamique et les résultats sont confrontés avec le témoignage des sources primaires. Parmi les Antiquaria on cherchera en vain les inscriptions royales, qui ne sont pas énumérées. En les exploitant soigneusement, l’auteur aurait pu en tirer de bonnes informations.

3L’étude contient par ailleurs un grand nombre de fautes, non seulement en ce qui concerne des faits historiques mais aussi touchant quelques interprétations des Antiquaria et des sources écrites. Il serait trop long d’énumérer toutes les critiques : en fait, c’est avant tout le procédé méthodologique qui est à critiquer, d’une part à cause de la prépondérance des sources tertiaires sur les sources primaires, qui ne sont pas même toutes suffisamment exploitées, d’autre part à cause du manque de toute critique envers les sources écrites, qui ne remontent qu’indirectement à l’époque sassanide. La critique des sources écrites tardives est même exclue explicitement. En prenant pour base ces sources et en utilisant chaque notice sur la vie quotidienne des rois (nourriture, fêtes, musique, femmes etc.) l’auteur reconstruit non pas l’image du roi telle que les Sassanides ont voulu la montrer au public, mais plutôt l’image du roi sassanide vu à travers les sources tardives.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Karin Mosig-Walburg. M. Abka’i-Khavari, « Das Bild des Königs in der Sasanidenzeit. Schriftliche Überlieferungen im Vergleich mit Antiquaria (Texte und Studien zur Orientalistik, 13) (Diss. München 1999), Georg Olms Verlag Hildesheim/Zürich/New York, 2000, 307 p., 23 fig. et 13 pl. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 24 | 2003, document 83, mis en ligne le 05 janvier 2010, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/34344

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page