Navigation – Plan du site
96
Hoji Sayid Abdujalilkhoja

Az nasabnomai sayidzodagoni Movaronnahr. Introduction de Bozor Tilavov, Douchanbeh, Korkhonai vohidi tab‘u nashri « Kishovarz » sh. Giprozem, 2001, 205 p. [Éléments de généalogie des sayyid de Transoxiane]

Compte-rendu réalisé par Stéphane A. Dudoignon

Entrées d’index

Rubriques :

4.0. Généralités
Haut de page

Texte intégral

1Le dépérissement rapide de l’Académie des Sciences du Tadjikistan et les querelles d’appareil stériles auxquelles on assiste aujourd’hui, à Douchanbeh, entre partisans de la ligne « autochtone » (bactrienne) de l’histoire des Tadjiks, dirigés par l’historien Rahîm Mâsov, et ceux de la ligne « pan-iranienne », emmenés par le philologue Muhammadjân Shakurî, ont laissé la place, depuis l’indépendance, à l’expression d’historiographies en rupture complète avec ces modèles nationaux, imposés tous deux par la culture soviétique. Le présent ouvrage offre un intéressant exemple de l’historiographie sacrée qui, au Tadjikistan, émane de milieux religieux ou lettrés proches d’institutions islamiques (muftiyyat centrale ou régionales) ou d’organisations islamistes (en particulier le Parti du Renouveau islamique), et que l’on trouve sur les marchés au livre des mosquées centrales (c’est sur celui de la mosquée Imâm-Termedhî de Douchanbeh que l’auteur du compte-rendu a découvert celui-ci, faisant l’envie de ses jeunes et pieux interlocuteurs du PRI). Comme ailleurs dans l’ancienne Union soviétique – dans la région Volga-Oural, en particulier – l’une des orientations privilégiées de cette « nouvelle » historiographie est la reconstitution des lignées de grandes figures locales liées à l’histoire de l’islam depuis ses origines, notamment les sayyid dont ce travail d’érudition présente une illustration pour la Transoxiane, avec une insistance particulière sur la silsila de Makhdûm-i A‘zam et des Khwâjegân. Si la non-mention des nombreuses sources manuscrites, émanant parfois de collections privées, qui ont alimenté ce travail rend l’utilisation de ce dernier délicate, les multiples informations dont il fourmille et les textes poétiques publiés en annexe en font une source d’un intérêt tout particulier à la fois pour l’histoire des autorités spirituelles de l’islam en Asie Centrale et pour l’étude des modes d’écriture de l’histoire dans cette région à travers toute la période contemporaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane A. Dudoignon. Hoji Sayid Abdujalilkhoja, « Az nasabnomai sayidzodagoni Movaronnahr. Introduction de Bozor Tilavov, Douchanbeh, Korkhonai vohidi tab‘u nashri « Kishovarz » sh. Giprozem, 2001, 205 p. [Éléments de généalogie des sayyid de Transoxiane] », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 24 | 2003, document 96, mis en ligne le 05 janvier 2010, consulté le 19 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/34368

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page