Navigation – Plan du site
100
Thomas T. Allsen

« Sharing out the Empire: Apportioned Lands under the Mongols », in : Anatoly M. Kazanov et André Wink, éds., Nomads in the Sedentary World, Curzon, 2001 (Curzon-IIAS Asian Studies Series), pp. 172-190.

Compte-rendu réalisé par Denise Aigle

Entrées d’index

Auteurs mentionnés :

Anatoly M. Kazanov, André Wink
Haut de page

Texte intégral

1Dans cet article, Thomas Allsen étudie les conséquences du partage des terres, steppe et pays agricoles, entre les membres de la famille impériale gengiskhanide. Cette distribution de terre fut inaugurée par Gengis Khan au moment où il fonda l’État mongol (yeke monggol ulus) au quriltai de 1206. Le fait est rapporté dans l’« Histoire secrète des Mongols », contrairement à ce que dit l’auteur qui cite Juvaynī comme la source la plus ancienne sur cette question. Les spécialistes en effet s’accordent généralement à dater l’« Histoire secrète » de 1240 alors que Juvaynī commença la rédaction du Tārīḫ-i Jahāngušā en 1252 ou 1253.

2Les territoires ainsi distribués étaient gouvernés par une administration locale qui formait une branche de la chancellerie impériale en Mongolie. Le personnel de ces chancelleries locales était nommé par le Qa’an et les princes impériaux. Comme le fait remarquer l’auteur, ce dispositif fut respecté jusqu’à la fin du règne de Güyük (1246-1248). Les tensions qui ont commencé à apparaître entre les princes sous Möngke n’étaient pas le résultat du partage effectué par Gengis Khan mais elles étaient dues aux rivalités qui existaient entre les princes gengiskhanides pour exercer un contrôle sur les terres riches : le Khorâssân, la Transoxiane et la Transcaucasie.

3Möngke changea l’alignement politique des princes en établissant un contrôle direct des Toluides sur les régions les plus riches de l’empire : la Chine et l’Iran, donnant naissance à deux dynasties, les Yüan de Chine et Ilkhans d’Iran, liées du point de vue politique et culturel (voir le c.r. sur l’ouvrage de Thomas Allsen, Culture and Conquest in Mongol Eurasia).

4L’auteur ne cherche pas à résoudre la question de l’influence mongole sur la tenue des terres dans les secteurs sédentaires qui a été discutée par les chercheurs. Pour certains historiens marxistes, il s’agissait d’un système féodal, tandis que d’autres ont associé les Mongols au « despotisme oriental ».

5Thomas Allsen limite son objectif à chercher l’origine et le but de ces dons de terres. Il voit dans ce système une pratique sociale nomade dont l’une des premières conséquences fut que la population elle-même fut donnée en apanage à la famille impériale : animaux, terres et humains étaient partagés de manière similaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denise Aigle. Thomas T. Allsen, « « Sharing out the Empire: Apportioned Lands under the Mongols », in : Anatoly M. Kazanov et André Wink, éds., Nomads in the Sedentary World, Curzon, 2001 (Curzon-IIAS Asian Studies Series), pp. 172-190. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 24 | 2003, document 100, mis en ligne le 05 janvier 2010, consulté le 20 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/34375

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page