Navigation – Plan du site
101
Reuven Amiyai-Preiss

« The Conversion of Tegüder Ilkhan to Islam ». JSAI, 25 (2001), pp. 15-43.

Compte-rendu réalisé par Denise Aigle

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1S’appuyant sur un large éventail de sources islamiques, en arabe et en persan et de sources chrétiennes, en syriaque et en arménien, l’objectif de l’auteur est, ici, d’examiner les conséquences politiques de la conversion de Tegüder à l’islam. Premier souverain mongol d’Iran musulman, Tegüder fut aussi le premier à être déposé par d’autres Mongols.

2Tegüder était musulman depuis longtemps lorsqu’il accéda au pouvoir mais il fit de l’islam un sujet public en envoyant, notamment, une ambassade aux Mamelouks afin de faire cesser l’état de guerre entre les deux puissances. Adel Allouche (« Tegüder’s Ultimatum to Qalawun », International Journal of Middle East Studies 22, 4 (1990), pp. 439-446) a montré le caractère belliqueux de la lettre envoyée au sultan à Qalāwūn ; elle est écrite en conformité avec le modèle traditionnel des lettres que les Mongols envoyaient aux souverains qu’ils souhaitaient soumettre. Cette initiative diplomatique peut s’interpréter comme un acte de portée symbolique.

3L’auteur analyse les récits, très contradictoires, sur la première vie religieuse de Tegüder et sa conversion à l’islam. Il ne fait pas de doute que Tegüder fut attiré vers l’islam pendant sa jeunesse, au contact de l’islam soufi (voir du même auteur, « Sufis and Shamans: some Remarks on the Islamization of the Mongols in the Ilkhanate », JESHO 42,1 (1999), pp. 27-46, c.r. dans Abs. Ir. 23, (2000), n° 209). Les sources mamelouks mentionnent dans son entourage le nom de plusieurs cheikhs soufis. Selon al-Ḏahabī, ce serait au contact des Aḥmadiyya, les disciples de Aḥmad al-Rifāʽī, qu’il aurait été introduit à l’islam. Le récit d’al-Ḏahabī vise, bien entendu, à disqualifier l’islam de Tegüder en le présentant au contact de soufis peu orthodoxes dans leurs pratiques. Un autre cheikh aurait joué un rôle important dans la formation spirituelle de Tegüder, Kamīl al-Dīn ʽAbd al-Raḥmān, un personnage sans connaissance religieuse particulière mais qui exerça sur Tegüder une forte influence charismatique. Après l’intronisation de l’Ilkhan, il continua à être son conseiller spirituel et devint très influent dans les affaires religieuses et les affaires de l’État. Rašīd al-Dīn mentionne une autre figure importante dans l’entourage de Tegüder : Īshān Mengli, un disciple de Bābā Yaʽqūb de Arrān, qui était associé à la Qalandariyya ; la tente de Mengli était proche de l’ordo de l’Ilkhan. En contact pendant sa jeunesse avec les représentants d’un soufisme populaire, Tegüder le resta après son accession au pouvoir.

4Afin de se présenter comme un souverain musulman orthodoxe, Tegüder mit en œuvre une politique d’islamisation. Il chercha à renforcer le caractère islamique de la société par des actions spectaculaires comme la conversion de lieux de culte non musulmans en mosquées et en ordonnant la construction d’édifices religieux.

5La politique d’islamisation pratiquée par Tegüder fut-elle la raison de sa déposition ? L’auteur ne souscrit pas aux anciennes thèses qui ont vu dans cette déposition un mobile religieux mais il pense, à la suite de Jean Aubin, que c’est le manque de compétence de l’Ilkhan qui fut la cause de sa chute. L’historien mamelouk, Ibn al-Dawādārī, ne décrit-il pas Tegüder comme un souverain ayant peu de sens politique ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denise Aigle. Reuven Amiyai-Preiss, « « The Conversion of Tegüder Ilkhan to Islam ». JSAI, 25 (2001), pp. 15-43. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 24 | 2003, document 101, mis en ligne le 05 janvier 2010, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/34377

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page