Navigation – Plan du site
102
Reuven Amitai-Preiss

« Turko-Mongolian Nomads and the Iqṭā‘ System in the Islamic Middle East (ca. 1000-1400 AD) », in : Anatoly M. Kazanov et André Wink, éds., Nomads in the Sedentary World, Curzon, 2001 (Curzon-IIAS Asian Studies Series), pp. 152-171.

Compte-rendu réalisé par Denise Aigle

Entrées d’index

Auteurs mentionnés :

Anatoly M. Kazanov, André Wink
Haut de page

Texte intégral

1L’objectif de l’auteur dans cet article est de comparer l’invasion des Seldjoukides et celle des Mongols. Les Seldjoukides, entrés musulmans en Iran, se sont vite adaptés aux normes politiques tout en conservant certains aspects de leur mode de vie nomade. Les Mongols, en revanche, sont arrivés en plus grand nombre et comme envahisseurs, sans avoir eu beaucoup de contacts avec la culture islamique.

2Il pose deux questions : pourquoi les Seldjoukides ont-ils provoqué moins de destructions que les Mongols, leurs cousins ? Pourquoi ces deux groupes de nomades, originaires d’Asie intérieure, ont-ils agi différemment dans les pays musulmans ? Pour tenter de répondre à ces questions, l’auteur réexamine la question de l’iqṭāʽ qui aurait été réintroduit par Ghāzān Khān, peu avant sa mort en 1304.

3Sous les six premiers ilkhans, selon Petruschevsky (CHI, « The Socio-economic »), des terres (iqṭāʽ ) auraient été allouées à des officiers mongols de haut rang. L’auteur, s’appuyant sur des sources persanes et arabes, constate que le terme iqṭāʽ n’est appliqué qu’aux terres allouées aux soldats des régimes pré-mongols qui se mirent à servir les Mongols : les troupes khwârazmiennes, par exemple, qui étaient subordonnées à la Horde d’Or. Reuven Amitai-Preiss mentionne un cas semblable en Syrie. Pendant la courte période d’occupation de ce pays, Hülegü dota le prince ayyoubide al-Ašraf Mūsā qui s’était soumis aux Mongols d’un iqṭāʽ qui pouvait subvenir à cent cavaliers. L’examen de l’emploi du terme iqāʽ jusqu’aux réformes de Ghāzān Khān amène l’auteur à conclure que l’institution de l’iqṭāʽ, telle qu’elle était comprise à la période pré-mongole, avait cessé d’exister, sauf dans les États musulmans résiduels, vassaux des Ilkhans.

4L’auteur se propose de discuter de la validité du yarlīġ transmis par Rašīd al-Dīn sur la distribution de terres aux troupes mongoles. Il constate que le terme iqṭāʽ n’apparaît pas dans la partie que Rašīd al-Dīn consacre à Ghāzān Khān, ni dans Tārīḫ-i Ūljaytū de Qāšānī. La seule référence se trouve dans Vaṣṣāf qui traite essentiellement des taxes de la province du Fārs où se trouvaient des dynasties vassales des Ilkhans. L’auteur ne trouve pas davantage de mention d’iqṭāʽ dans la description détaillée du système financier des Ilkhans donnée par l’historien mamelouk al-ʽUmarī qui tire ses informations d’un haut fonctionnaire au service des Mongols qui avait fui chez les Mamelouks au moment de la chute de l’Ilkhanat. Comme les auteurs persans, al-ʽUmarī ne mentionne la distribution d’iqṭāʽ qu’aux troupes khwârazmiennes.

5Cet article, appuyé sur de nombreuses sources en arabe et en persan, remet en question, de manière convaincante, les thèses anciennes sur les fameuses réformes de Ghāzān Khān.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denise Aigle. Reuven Amitai-Preiss, « « Turko-Mongolian Nomads and the Iqṭā‘ System in the Islamic Middle East (ca. 1000-1400 AD) », in : Anatoly M. Kazanov et André Wink, éds., Nomads in the Sedentary World, Curzon, 2001 (Curzon-IIAS Asian Studies Series), pp. 152-171. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 24 | 2003, document 102, mis en ligne le 05 janvier 2010, consulté le 24 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/34379

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page