Navigation – Plan du site
112
Charles J. Halperin

« The Missing Golden Horde Chronicles and Historiography in the Mongol Empire ». Mongolian Studies, vol. XXIII, (2000), pp. 1-15.

Compte-rendu réalisé par Denise Aigle

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Partant de la constatation qu’aucune tentative n’a été faite pour expliquer l’absence d’une historiographie officielle sous les Mongols de la Horde d’or, en termes d’histoire culturelle, l’auteur tente de replacer le développement de l’historiographie dans l’empire mongol et dans les États qui lui ont succédé dans un cadre global.

2Le texte le plus ancien de l’historiographique mongole, l’« Histoire secrète des Mongols », pour lequel l’auteur donne deux dates possibles, 1228 ou 1240 (il faut remarquer que la seconde est celle qui est retenue par la tradition érudite), ne manifeste aucune influence chinoise : les Mongols commencent leur histoire impériale exclusivement à partir de sources orales : légendes, folklore, tradition épique, généalogies. Sous les Yüan on prépara l’histoire des trois dynasties conquises par les Yüan : les Khitan Liao, les Chin Jurchen et les Sung. Cette historiographie suit les modèles chinois : récits annalistes des règnes, tables dynastiques, chapitres thématiques ou traités sur l’économie, l’armée, biographies des personnalités marquantes, membres de la famille impériale, ministres et généraux.

3L’auteur constate que l’histoire des Yüan (Yüan-shih), rédigée entre 1368 et 1398 par les Ming qui avaient succédé à la dynastie mongole, suit également la tradition historiographique chinoise. Comme le fait remarque l’auteur, de manière significative, les Ming n’utilisent pas l’« Histoire secrète » dans le Yüan-shih, alors qu’elle avait été transcrite en caractères chinois. Charles Halperin voit deux explications possibles : soit, puisque l’« Histoire secrète » avait été traduite en chinois, il n’était pas nécessaire de l’inclure dans le Yüan-shih ; soit, plus plausible, il y avait une incompatibilité intellectuelle entre les traditions historiographiques mongole et chinoise. On trouve des développements parallèles chez les Ilkhans de Perse qui ont favorisé une historiographie officielle rédigée en pur persan du point de vue du style et de la rhétorique.

4Les Mongols, qui ont commencé leur carrière impériale avec une tradition historiographique orale, ont repris dans chaque État successeur de l’empire la conception historiographique des populations indigènes. On ne trouve aucune historiographie officielle dans l’ulus chaghataide de Transoxiane et du Mughulistan entre la mort de Gengis Khan en 1227 et la création d’un État indépendant par Tamerlan en 1370. En revanche, la tradition d’écrire des histoires de villes se poursuit. De manière similaire, le khanat de Kazan n’a pas généré de chroniques écrites avant que ne se forme au 18e s. une identité bulghare musulmane.

5L’historiographie mongole réapparaît au 17e s. et, comme le fait remarquer l’auteur, la mise par écrit de l’« Histoire secrète » n’a pas altéré la conscience historiographique des nomades de Mongolie. L’inspiration de cette nouvelle historiographie mongole est à chercher dans les ouvrages historiques bouddhistes, saturés de légendes indiennes et tibétaines ; le but de ces récits était d’intégrer Gengis Khan dans le cadre du bouddhisme.

6En conclusion, Charles Halperin fait remarquer que les historiens se sont surtout intéressés à la validité de ces écrits historiques sur Gengis Khan alors qu’il faut davantage considérer ces récits comme un facteur majeur de l’histoire culturelle en Eurasie, qui est à relier aux mouvements des Mongols, des Qipchaq et autres peuples nomades, diffusant ainsi sur un vaste territoire les légendes gengiskhanides.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denise Aigle. Charles J. Halperin, « « The Missing Golden Horde Chronicles and Historiography in the Mongol Empire ». Mongolian Studies, vol. XXIII, (2000), pp. 1-15. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 24 | 2003, document 112, mis en ligne le 05 janvier 2010, consulté le 26 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/34401

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page