Navigation – Plan du site
113
Hein Horst

« Hülagü Unterwerfungsbriefe and die Machthaber Syriens und Ägyptens ». Zeitschrift der deutschen morgenländischen Gesellschaft, Band 150/2 (2000), pp. 425-460.

Compte-rendu réalisé par Denise Aigle

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Cet article vient compléter le dossier déjà important que constituent les recherches sur les correspondances diplomatiques entre les Mongols, les Mamelouks, les souverains occidentaux et la papauté. Alors que nous sommes en possession d’un certain nombre de lettres originales, rédigées en mongol et en latin, les échanges épistolaires entre les Ilkhans et les Mamelouks nous sont parvenus à travers les ouvrages des chroniqueurs arabes, dans la majorité des cas, et des historiens persans. Les originaux ont disparu, ce qui explique les nombreuses variantes.

2Dans cet article, l’auteur se propose d’examiner les correspondances envoyées par Hülegü, après la prise de Bagdad, à trois souverains musulmans : al-Malik al-Nāṣir Yūsuf, dernier souverain ayyoubide de Syrie, al-Malik al-Muʽaẓẓam Tūrānšāh, le représentant d’al-Malik al-Nāṣir à Alep, et al-Malik al-Muẓaffar Quṭuz, le sultan d’Égypte.

3L’auteur, qui a comparé les différentes versions de chaque lettre, constate qu’il existe des variantes importantes entre les versions en arabe elles-mêmes, et avec les versions en persan, moins longues par rapport à l’arabe, et moins précises du point de vue de la terminologie utilisée. Ces lettres ont cependant un point commun : l’utilisation de nombreuses formules du Coran.

4Il existe trois versions de la lettre envoyée par Hülegü à al-Malik al-Nāṣir Yūsuf : deux en arabe, transmises par Bar Hebraeus, dans la version arabe de sa chronique, et par Vaṣṣāf ; une en persan, insérée dans le Jāmiʽ al-tawārīḫ de Rašīd al-Dīn. Curieusement, l’auteur considère Bar Hebraeus comme un chroniqueur persan. En tout cas, il émet l’hypothèse que ce dernier a pu voir une copie dans les archives des Mongols, ce serait sur la version de Bar Hebraeus que Vaṣṣāf se serait appuyé, rajoutant seulement trois citations coraniques supplémentaires. Il constate, en revanche, que la version de Rašīd al-Dīn, beaucoup plus courte, ne correspond pas à celle de Bar Hebraeus ; elle aurait été traduite, selon le chroniqueur, par Naṣīr al-Dīn Ṭūsī.

5Hein Horst n’a pas de réponse à donner pour expliquer les énormes variantes entre les différentes versions d’une même lettre. En effet, si ces lettres ont été rédigées par les scribes de la chancellerie ilkhanide, comment expliquer de telles différences ? Il suppose que des documents ont sans doute disparu et que, par la suite, certains éléments des lettres ont pu être transmis oralement puis mis par écrit par les chroniqueurs.

6La lettre envoyée par Hülegü à al-Malik al-Muʽaẓẓam Tūrānšāh avant la prise d’Alep en est un bon exemple. Cette lettre n’est transmise que par les auteurs mamelouks ; elle est rédigée dans un arabe parlé facile. Dans cette lettre, les Mongols se désignent par le terme al-Muġūl, ce qui n’est jamais le cas dans les autres correspondances où ils parlent toujours d’eux-mêmes en employant « nous ». La première version de la lettre, qui se trouve chez Ibn Wāṣil, pourrait être fondée sur un récit oral ; le texte d’Ibn Wāṣil devint par la suite la source des autres auteurs arabes.

7Un autre intérêt de l’article est de mettre à la disposition des chercheurs les textes de ces lettres, tels qu’ils apparaissent dans les chroniques utilisées par l’auteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denise Aigle. Hein Horst, « « Hülagü Unterwerfungsbriefe and die Machthaber Syriens und Ägyptens ». Zeitschrift der deutschen morgenländischen Gesellschaft, Band 150/2 (2000), pp. 425-460. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 24 | 2003, document 113, mis en ligne le 05 janvier 2010, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/34402

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page