Navigation – Plan du site
116
Isabel miller

« Occult Science and the Fall of the Khwarazm Shah Jalal al-Din ». Iran, vol. 39, (2001), pp. 249-256.

Compte-rendu réalisé par David Durand-Guédy

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1L’importance du recours aux sciences occultes dans le monde musulman est un sujet bien connu, qui a déjà fait l’objet de nombreuses études (cf. en particulier les travaux de Toufic Fahd). Ce court article se présente comme un commentaire d’une anecdote pour le moins étonnante racontée par le chroniqueur Nasawī : pour conquérir Bagdad, le Ḫwārizm-Šāh ʽAlā al-Dīn eut l’idée de faire enterrer dans la ville une statue dotée de pouvoir magique, qui finalement se retourna contre lui. Pour comprendre une telle attitude, a priori inattendue de la part d’un souverain musulman, l’A. la remet en perspective, en rappelant d’une part ce qu’était l’État des Ḫwārizm-Šāh (une structure dans laquelle émergeait l’élément nomade, notamment Qipchak, et donc les influences chamaniques), en étudiant d’autre part la particularité de ses adversaires (à savoir un calife, qui se présentait comme omniscient, allié avec les Ismaéliens, eux-mêmes très versés dans les sciences occultes). La deuxième partie de l’article, consacrée à la description de la statue, est l’occasion pour l’A. de rappeler ce que l’on sait sur la fabrication des objets magiques, et sur le fond non islamique qui a servi de base à cette science.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Durand-Guédy. Isabel miller, « « Occult Science and the Fall of the Khwarazm Shah Jalal al-Din ». Iran, vol. 39, (2001), pp. 249-256. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 24 | 2003, document 116, mis en ligne le 05 janvier 2010, consulté le 22 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/34410

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page