Navigation – Plan du site
118
Jürgen Paul

« The Histories of Isfahan: Mafarrukhi’s Kitāb maḥāsin Iṣfahān ». Iranian Studies, vol. 33, n° 1-2, (2000), pp. 117-132.

Compte-rendu réalisé par David Durand-Guédy

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1En ce qui concerne Iṣfahān durant la période pré-mongole, nous disposons de trois histoires locales. Les deux plus anciennes sont des dictionnaires biographiques (Abū’l-Šayḫ et Abū Nuʽaym) essentiellement consacrés aux traditionnistes, la troisième (le K. Maḥāsin Iṣfahān de Māfarrūḫī), rédigé sous le règne du sultan Malik-Šāh, est un texte différent, relevant de l’adab et de l’anthologie poétique. Avec le présent article consacré à ce dernier ouvrage, Paul n’a ni l’intention de faire une histoire d’Iṣfahān, ni même de tenter une présentation analytique du livre de Māfarrūḫī, mais plutôt de s’interroger sur le sens d’une telle œuvre : pour qui et pourquoi le livre fut-il écrit ? Sa démarche rappelle celle de Meisami (Persian Historiography, 1999), ou encore de Melville dans son article sur les histoires locales du Māzandarān (c.r. n° 115 dans ce numéro). L’A. prend pour exemple un passage du K. Maḥāsin Iṣfahān rassemblant des anecdotes sur plusieurs personnages ayant nourri de noirs desseins à l’égard d’Iṣfahān (de Nemrod aux Daylamites, en passant par les Dulafides et les Saffarides) et que Dieu a puni de mort en retour (Paul a préféré paraphraser ce passage, situé pp. 37-9 de l’édition arabe, plutôt que d’en donner une traduction). Selon l’interprétation ici proposée, ce texte déroutant ne doit pas être considéré comme une source sur la période abbaside ou bouyide, mais plutôt comme un texte codé, qui nous renseignerait sur la vision du monde des habitants d’Iṣfahān en général, et de Māfarrūḫī en particulier (un notable local). L’article, novateur et stimulant, atteint cependant vite ses limites quand l’A. explique que « les conclusions doivent être tirées en prenant en compte la période de l’auteur, et non celle où ces événements sont censés se passer » : c’est une autre manière de dire que l’analyse d’un tel livre ne peut être séparée d’une étude globale sur la société d’Iṣfahān à l’époque saljuqide, notamment à l’époque où Malik-Šāh et son vizir Niẓām al-Mulk s’installèrent dans la ville.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Durand-Guédy. Jürgen Paul, « « The Histories of Isfahan: Mafarrukhi’s Kitāb maḥāsin Iṣfahān ». Iranian Studies, vol. 33, n° 1-2, (2000), pp. 117-132. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 24 | 2003, document 118, mis en ligne le 05 janvier 2010, consulté le 23 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/34413

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page