Navigation – Plan du site
120
Chase F. Robinson

Empire and Elites after the Muslim Conquest: the Transformation of Northern Mesopotamia. Cambridge Studies in Islamic Civilization, Cambridge University Press, 2000, 206 p.

Compte-rendu réalisé par Antoine Borrut

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Le travail de Ch. Robinson vient combler un important vide historiographique sur la Haute-Mésopotamie des débuts de l’Islam. Plus que toute autre région, la Jazīra s’affirme comme un espace façonné par la confrontation entre deux grands modèles impériaux : les empires byzantins et sassanides. L’auteur développe une méthodologie convaincante consistant à « marier histoire et historiographie » (p. viii) – la lecture critique des récits des deux premiers siècles de l’hégire permet alors de distinguer l’émergence d’une tradition historiographique ainsi que des éléments relatifs aux milieux sociaux et politiques dans lesquels elle s’élabore – et à mettre largement à contribution les sources chrétiennes, principalement syriaques. Du côté des emprunts ou influences sassanides, deux domaines sont principalement concernés : la géographie administrative (chap. II) et les šahārija (chap. IV), terme désignant dans les sources les élites de Mossoul et de son hinterland. Concernant le premier point, Ch.R. démontre clairement que le Jazīra est une « invention marwanide » en tant qu’entité fiscale (les Sufyanides n’exerçaient que des impositions ponctuelles dans la région). Il souscrit à l’idée d’une reprise probable du système administratif byzantin dans le cadre du Bilād al-Šām, tandis que la province de Mossoul serait, quant à elle, modelée sur la base de la province sassanide du Nōd-Ardaxšīragān. Ch.R. propose par ailleurs une contribution importante sur les élites rurales de la région de Mossoul, les šahārija, très peu étudiées jusqu’alors. Il souscrit à l’analyse de R. Gyselen selon laquelle ces derniers étaient des représentants des dihqān-s plutôt que des fonctionnaires impériaux.

2Dans cet ouvrage axé sur le « pouvoir social à la périphérie de l’État islamique naissant » (p. 165), le lecteur cherchera vainement une approche plus politique simplement esquissée en conclusion. Si ce travail sera dorénavant incontournable pour aborder l’histoire de Mossoul et de son hinterland – soulignons à ce sujet l’importance du Ta’rīh_ al-Mawṣil d’al-Azdī (mort v. 945 ; éd. ‘Alī Ḥabība, al-Majlis al-a‘lā li-al-šu’ūn al-islāmiyya, Le Caire, 1967), source essentielle et jusqu’alors insuffisamment étudiée –, on peut regretter que l’ensemble de la Jazīra ne bénéficie pas d’un traitement identique. Ainsi, le sens des installations de Marwān II à Ḥarrān et d’al-Rašīd à Raqqa, ou encore des travaux d’al-Manṣūr à al-Rāfiqa, n’est pas véritablement envisagé. Ce tropisme nord-mésopotamien des derniers Omeyyades et des premiers Abbassides demande à être approfondi.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Borrut. Chase F. Robinson, « Empire and Elites after the Muslim Conquest: the Transformation of Northern Mesopotamia. Cambridge Studies in Islamic Civilization, Cambridge University Press, 2000, 206 p. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 24 | 2003, document 120, mis en ligne le 05 janvier 2010, consulté le 22 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/34416

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page