Navigation – Plan du site
121
Ẕahīr al-Dīn Nīšāpūrī

The History of the Seljuq Turks, from the Jāmiʽ al-Tawārīkh (An Ilkhanid Adaptation of the Saljūq-nāma of ahīr al-Dīn Nīšāpūrī). Trad. par K. A. Luther, éd. par C. E. Bosworth, Richmond, Curzon Press, 2001, 189 p.

Compte-rendu réalisé par David Durand-Guédy

Entrées d’index

Auteurs mentionnés :

K. A. Luther, C. E. Bosworth
Haut de page

Texte intégral

1Le Saljūq-nāme, chronique narrant la geste des Saljuqides d’Iran, fut rédigé en persan à une période où l’État saljuqide n’était plus que l’ombre de lui-même. De son auteur, „ahīr al-Dīn Nīšāpūrī, nous ne savons rien, sinon qu’il appartenait à l’élite iranienne et qu’il fut, peut-être à l’instigation de Sanjar, le professeur de deux rejetons saljuqides, Masʽūd et Arslān. A ce titre, il fut un témoin privilégié de la décadence de l’État fondé par Ṭoġril Beg, quand l’autorité des sultans était de plus en plus contestée par les potentats locaux. Sa chronique est donc une source de premier ordre pour le demi-siècle qui couvre les règnes de Maḥmūd (m. 525/1118), Masʽūd (m. 547/1134) et Arslān (m. 571/1175). Le Saljūq-nāme reçut par la suite un addendum, le Ḏayl Saljūq-nāme, consacré au règne de Ṭoġril b. Arslān, dont la mort en 590/1174 signa celle de la dynastie en Iran.

2Le Saljūq-nāme fut édité par Ismāʽīl Afšār (Téhéran, 1332/1953), à partir d’une version conservée dans une compilation historique de l’époque ilkhanide, mais d’autres versions avaient survécu, dans la mesure où le récit de Ẕahīr al-Dīn constituait la principale source des historiens postérieurs soucieux d’inclure dans leurs histoires universelles un chapitre sur les Saljūqs. Ainsi, la version transmise par Rāvandī (at al-suḍūr) servit de base à Ḥamd Allāh al-Mustawfī et Mīrḫwānd, et celle de Rašīd al-Dīn Faḍl Allāh (Jāmiʽ al-tawārīḫ) fut utilisée en partie par Juwaynī.

3L’historien américain était depuis longtemps familier de ces textes, qu’il avait utilisés pour sa thèse (« The Political Transformation of the Seljuq Sultanate of Iraq and Western Iran: 1152-1187 », Princeton, non publiée) ainsi que pour étude sur le Saljūq-nāme (« The Salğūqnāmah and the Jāmiʽ al-Tavārīḫ », in : Proceeding of the Colloquium on Rashīd al-Dīn Faḍlallāh, Īrān-šenāsi, II, 1349/1970-1, pp. 26-35). Il entreprit à cette époque une traduction de l’œuvre, à partir de la version contenue dans le Jāmiʽ al-tawārīḫ, qu’il estimait être la plus proche de l’original. Cette traduction fut exhumée après sa mort en 1996 et confiée à Bosworth pour sa publication dans la série « Studies in the history of Iran and Turkey ». Le texte, très légèrement retouché par Bosworth et accompagné de trop brèves notes de Luther, est précédé d’une introduction qui fait le point sur l’auteur, le contenu du livre et le contexte qui le vit naître.

4On ne peut que saluer la parution de la première traduction en langue occidentale d’une source majeure pour l’histoire de la période saljuqide, dont l’importance, reconnue par tous, n’a d’égal que le peu de travaux qui lui sont consacrés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Durand-Guédy. Ẕahīr al-Dīn Nīšāpūrī, « The History of the Seljuq Turks, from the Jāmiʽ al-Tawārīkh (An Ilkhanid Adaptation of the Saljūq-nāma of ahīr al-Dīn Nīšāpūrī). Trad. par K. A. Luther, éd. par C. E. Bosworth, Richmond, Curzon Press, 2001, 189 p. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 24 | 2003, document 121, mis en ligne le 05 janvier 2010, consulté le 22 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/34417

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page