Navigation – Plan du site
124
F. Baderhan

Severokavkazskaja diaspora v Turcii, Sirii i Jordanii (vtoraja polovina XIX - pervaja polovina XX veka). Moscou, IV RAN, 2001, 119 p., tab., bibliographie. [La diaspora nord-caucasienne en Turquie, en Syrie et en Jordanie (dans la seconde moitié du 19e s. et la première moitié du 20e)]

Compte-rendu réalisé par Stéphane A. Dudoignon

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Ce n’est que depuis fort peu que les historiens se penchent sur les importantes communautés émigrées (muhâjir ) de diverses régions du Caucase septentrional installées dans les terres centrales de l’ancien Empire ottoman après les premières guerres du Caucase, puis la guerre russo-turque de 1877-1878. Le présent ouvrage se signale, dans la bibliographie récente, par une certaine iconoclastie et le fait que l’auteur n’hésite pas, parfois, à rompre avec la vision misérabiliste qui domine aujourd’hui, en Europe occidentale, dès qu’il est question des destinées politiques contemporaines du Caucase-Nord. Toutefois, si l’auteur évoque les facteurs endogènes de la migration des populations musulmanes de cette région vers l’Empire ottoman (en particulier, le rôle déplorable des potentats autochtones après l’établissement de la domination russe), il s’étend aussi, plus longuement, sur le destin souvent misérable des communautés migrantes au lendemain de leur établissement en Anatolie ou au Proche-Orient. L’étude fait une large place à l’embrigadement des muhâjir dans l’armée et les forces de police, d’abord par la Porte (en 1877-78 pour sa guerre contre la Russie mais aussi, plus tard pour les opérations menées contre les mouvements indépendantistes en Syrie-Palestine), puis par les administrations mandataires française en Syrie et britannique en Jordanie, pour la répression des mêmes mouvements. L’ouvrage se termine sur un chapitre intéressant consacré aux stratégies d’intégration développées, à la veille des indépendances syrienne et jordanienne, par les muhâjir du Caucase-Nord afin de rompre avec une ghettoïsation professionnelle, sociale et ethnique imposée par les Ottomans puis par les puissances mandataires. Un ouvrage important à verser au dossier, aujourd’hui brûlant, de l’histoire complexe des relations entretenues par les communautés émigrées du Caucase septentrional avec, d’une part, leurs pays d’adoption respectifs et, de l’autre, leurs régions d’origine dans l’actuelle Fédération de Russie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane A. Dudoignon. F. Baderhan, « Severokavkazskaja diaspora v Turcii, Sirii i Jordanii (vtoraja polovina XIX - pervaja polovina XX veka). Moscou, IV RAN, 2001, 119 p., tab., bibliographie. [La diaspora nord-caucasienne en Turquie, en Syrie et en Jordanie (dans la seconde moitié du 19e s. et la première moitié du 20e)] », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 24 | 2003, document 124, mis en ligne le 05 janvier 2010, consulté le 23 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/34425

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page