Navigation – Plan du site
128
R. D. McChesney

« Zamzam Water on a White Felt Carpet: Adapting Mongol Ways in Muslim Central Asia, 1550-1650 », in : Michael Gervers & Wayne Schlepp, eds., Religion, Customary Law and Nomadic Technology. Papers presented at the Central and Inner Asian Seminar, University of Toronto, 1 May 1998 and 23 April 1999. Toronto Studies in Central and Inner Asia, No. 4, Joint Centre for Asia Pacific Studies, Toronto, 2000, pp. 63-80.

Compte-rendu réalisé par Maria Szuppe

Entrées d’index

Auteurs mentionnés :

Michael Gervers, Wayne Schlepp
Haut de page

Texte intégral

1Excellent article consacré à la transmission par l’historiographie des XVIe et XVIIe siècles des éléments de l’idéologie politique néo-chingiskhanide, discours dominant dans la sphère politique en Asie centrale, et les étapes de sa construction telles que nous pouvons les apercevoir. Le problème central de cette construction est la légitimation du pouvoir et l’expression de la loyauté envers le souverain, qui s’exprime notamment en termes de conflit entre les pratiques d’origine turko-mongole (incarnées dans la yāsā ou tura, notion universellement comprise alors comme la loi léguée par Chingis Khān au XIIIe s.), et les traditions d’origine musulmane (incarnées dans la šarīʽa). L’approche originale de l’auteur est de montrer comment ces contradictions ont été vécues, normalisées (« islamisées »), et représentées dans la littérature des XVIe et XVIIe s., et notamment dans les sources sheybanides et astrakhanides, dynasties de khans ouzbeks qui se réclamaient d’ascendance chingiskhanide. Premièrement, il est important de voir à quel point les historiens de l’époque étaient concernés par le problème de la place occupée par cet héritage mongol dans la vie cérémonielle et quotidienne, et ceci 350 à 400 ans après la disparition de Chingis Khan. Cette historiographie s’efforçait de présenter la yāsā et la šarīʽa en termes de polarisation, comme deux positions irréconciliables. Cependant, l’auteur montre que cette opinion n’était pas la seule valable et, peut-être même, pas dominante dans l’opinion publique. Le milieu politique serait donc de loin plus complexe que ce que suggèrent les textes. Le fait même que ce problème est constamment soulevé suffit à prouver la coexistence des deux traditions à parts à peu près égales. Le deuxième point essentiel de cet article est de définir cette coexistence comme une des caractéristiques de la vie politique en Asie centrale post-mongole. De plus, l’interpénétration de ces deux idéologies serait à la base de la « renaissance » de l’espace politique chingiside avec l’arrivée au pouvoir des Sheybanides, discours qui prévaut en Asie centrale jusqu’à la fin du 18e s. La formation politique néo-chingiside permet un consensus combinant les idées d’autorité et de légitimation issues de la yāsā, et les règles de la šarīʽa. Sous la pression des communautés agraires et urbaines, de nouveaux éléments intègrent le système néo-chingiside et s’y font accepter comme conformes à la yāsā (par exemple, le problème d’une capitale fixe ; l’institution d’un prince héritier ; les prières du ʽīd al-fiṭr au namāzgāh de Boukhara ; etc.), alors que l’on maintient des éléments chingisides dans le cérémonial (parmi les plus spectaculaires : l’élévation du khan sur un tapis blanc).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria Szuppe. R. D. McChesney, « « Zamzam Water on a White Felt Carpet: Adapting Mongol Ways in Muslim Central Asia, 1550-1650 », in : Michael Gervers & Wayne Schlepp, eds., Religion, Customary Law and Nomadic Technology. Papers presented at the Central and Inner Asian Seminar, University of Toronto, 1 May 1998 and 23 April 1999. Toronto Studies in Central and Inner Asia, No. 4, Joint Centre for Asia Pacific Studies, Toronto, 2000, pp. 63-80. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 24 | 2003, document 128, mis en ligne le 05 janvier 2010, consulté le 26 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/34434

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page