Navigation – Plan du site
143
S. S. Blair

« Gač-borī ». Encyclopedia Iranica, 10/3, 2000, pp. 242-244.

Compte-rendu réalisé par Monik Kervran

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1L’article donne à la fois les informations techniques essentielles et l’historique du décor de stuc dans l’art iranien. Le gypse, largement disponible en Iran, était calciné puis écrasé et réduit en poudre. Dès l’époque néolithique, le plâtre a été utilisé pour recouvrir les murs des bâtiments de briques crues. Son emploi devient commun à l’époque achéménide où il est parfois rehaussé de couleurs : on a trouvé, dans les palais de Persépolis, des murs enduits ainsi que, dans la Trésorerie, des colonnes de bois entourées de cordes et recouvertes de plâtre. La tradition se poursuit aux époques hellénistique et parthe : à Qalʽe-ye Yazdegerd sont définis les procédés qui subsisteront par la suite avec division des murs en panneaux et bandeaux, soit sculptés, soit recevant des compositions moulées. Les époques sassanide mais surtout islamique en ont conservé les plus beaux ensembles, à la fois parce que ces périodes sont plus proches de nous mais aussi parce que le stuc y a connu une vogue particulière. De la première, les plus beaux vestiges ont été trouvés à Tepe-Hissar, au sud-est de Damghan. A l’époque islamique la qualité des réalisations et la variété des styles élève l’art du stuc à son plus haut degré. La décoration de Čāl-Ṭarḵān (près de Rayy) avec ses représentations animales et humaines date probablement des Ier-IIe siècles de l’hégire et sans doute d’assez près suit le remarquable meḥrāb de la mosquée de Na’in et le décor de celle de Balkh. C’est à propos des décors de stuc de Samarra que Creswell a défini trois styles qui peuvent régir l’ensemble des décors de stuc de l’Orient médiéval. Les décors géométriques ou végétaux s’imposent dans l’art du stuc islamique, mais dans des monuments séculiers comme le palais de Termez (VIe s. de l’hégire) on trouve des représentations animalières. L’un des derniers grands chef-d’œuvre de l’époque islamique est le meḥrāb de la salle d’hiver de la Grande mosquée d’Isfahan. Plus tard, à l’époque safavide, le plâtre recouvre toujours les murs des monuments mais il sert de support à des peintures ou revêt, parfois encore sculpté, les moqarnas des angles et des coupoles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Monik Kervran. S. S. Blair, « « Gač-borī ». Encyclopedia Iranica, 10/3, 2000, pp. 242-244. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 24 | 2003, document 143, mis en ligne le 05 janvier 2010, consulté le 20 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/34442

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page