Navigation – Plan du site
146
X. de Planhol et R. Guinta

« Gaznī ». Encyclopedia Iranica, 10/4, 2000, pp. 385-388.

Compte-rendu réalisé par Monik Kervran

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1La ville, qui se trouve sur la voie qui longe, à l’est, les hautes chaînes de l’Afghanistan, et en relation, par les vallées de la Toci et de la Gomal avec celle de l’Indus, est peut-être le Gazaca/Gauzaca de Ptolémée et sûrement la Ho-si-na du pélerin chinois Hsüan Tsang. Devenue Gazni, elle est au Xe s. décrite par les géographes arabo-persans comme le très prospère centre des échanges entre l’Iran/Asie centrale et l’Inde. Ruinée par le siège d’Alptigin en 961, elle doit cependant sa renaissance à la dynastie à laquelle il donne naissance, celle des Ghaznavides dont elle devient la capitale et la base des expéditions vers l’Inde. Gazni est au XIe s. l’un des principaux centres culturels de l’époque et ses faubourgs, ses marchés et ses caravansérails s’étendent dans la vallée jusqu’au coup terrible que lui porte le sultan ghuride ʽAlā’ al-Dīn Ḥoseyn Jahānsūz (« l’incendiaire »). À peine relevée de ses cendres, elle subit l’assaut des Mongols et en restera dévastée. En 1504-5 Babur s’étonne qu’une si pauvre bourgade ait pu être la capitale des maîtres de l’Hindustan et du Khorâssân. Au XIXe s., Gazni se limite à quelques maisons, un petit bazar et une garnison de 2000 hommes contrôlant la route et le déplacement des tribus, mais que les hauteurs environnantes rendent vulnérable.

2A l’aube du XXe s. sa position d’étape sur la route de Kabul à Qandahar lui rend de l’importance en raison du trafic routier et, en 1958 une nouvelle ville est construite dans la plaine, au sud de l’ancienne. Mais peu à peu des immigrants pauvres reprennent possession des vieux quartiers ruinés de la ville ancienne, autour de la citadelle. Dans les années 70, la ville comptait environ 20 000 habitants.

3Seules les périodes Gaznavide et Ghuride, durant lesquelles la ville a eu un statut de capitale, ont gardé quelques témoignages architecturaux du passé dont les plus visibles sont les minarets de plan étoilé : à l’est celui de Masʽūd III, mort en 509/1115 avant d’avoir pu le voir achevé et celui de Bahrāmšāh (mort en 552/1157) plus sobre, à l’ouest. Tous deux portent des inscriptions en caractères coufiques tressés qui comptent parmi les plus beaux spécimens de l’épigraphie ornementale arabe. La troisième merveille de Gazni dût être le palais de Masʽūd III dont les vestiges furent mis au jour par des archéologues italiens entre 1957 et 1964. Véritable ville royale avec tous les organes de la vie politique, militaire et résidentielle, il livra en particulier 510 panneaux de marbre sculptés d’inscriptions et d’animaux, partie inférieure du revêtement des salles d’apparat. Des autres réalisations architecturales de la ville impériale, en partie connues par les sources littéraires, tout a disparu dans le chaos des guerres et les dégradations naturelles, sauf des tombes, dont celle de Maḥmūd I. Elles sont ornées d’inscriptions arabes de grande qualité où figurent des éléments décoratifs empruntés à l’art indien, caractéristique de l’art islamique de Gazni qui a profité du pillage intense des monuments de l’Inde, principalement par les premiers Ghaznévides.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Monik Kervran. X. de Planhol et R. Guinta, « « Gaznī ». Encyclopedia Iranica, 10/4, 2000, pp. 385-388. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 24 | 2003, document 146, mis en ligne le 05 janvier 2010, consulté le 18 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/34458

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page