Navigation – Plan du site
177
Christopher Melchert

« The Ḥanābila and the Early Sufis ». Arabica, XLVIII, 3 (2001), pp. 352-367.

Compte-rendu réalisé par Denise Aigle

Entrées d’index

Rubriques :

8. Soufisme
Haut de page

Texte intégral

1Dans cet article, l’auteur tente de retracer l’origine des relations, à Bagdad, entre les premiers hanbalites et les adeptes d’un soufisme ascétique naissant. Appuyé sur une riche documentation de sources primaires et secondaires, l’auteur ne prétend pas atteindre la certitude qu’il existait un lien fort entre les premiers soufis et leurs contemporains hanbalites. Aḥmad b. Ḥanbal, en dépit de sa piété personnelle et de sa croyance au pouvoir des reliques (il possédait une bourse qui contenait deux cheveux du Prophète), n’était proche d’aucun des « proto-soufis ». Il était même hostile à une pratique importante du soufisme, le ḏikr. Il semble que c’est plutôt vers la fin du 9e s. que le hanbalisme se rapprocha du milieu des soufis, en particulier avec Abū Muḥammad al-Barbahārī, un disciple d’al-Marrūdī, le successeur d’Aḥmad. Cet article apporte de nouvelles informations sur la vie religieuse à Bagdad entre les 8e et 10e s.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denise Aigle. Christopher Melchert, « « The Ḥanābila and the Early Sufis ». Arabica, XLVIII, 3 (2001), pp. 352-367. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 24 | 2003, document 177, mis en ligne le 05 janvier 2010, consulté le 25 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/34544

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page