Navigation – Plan du site
198
Ḥasan Anūše

Dāneš-nāme-ye adab-e fārsī, 1/2, Adab-e fārsī dar āsiyā-ye miyāne. Tehrān, Sāzmān-e čāp va entešārāt-e vezārat-e farhang va eršād-e eslāmī, 1380[/2001], vii-[1]-1041 p., bibliographie cumulative. [Encyclopédie de la littérature persane, 1/2, La littérature persane en Asie Médiane]

Compte-rendu réalisé par Stéphane A. Dudoignon

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Cette encyclopédie d’une présentation luxueuse se présente comme la principale référence (a fortiori en un seul volume) aujourd’hui disponible sur la littérature persane telle qu’elle s’est développée, du 10e s. de l’ère commune à nos jours, au nord de l’Amou-Darya. Produit d’une coopération entre spécialistes principalement iraniens et tadjiks, elle présente des notices de taille très variable sur les auteurs (très nombreuses notices biographiques) et les œuvres, mais aussi sur les lieux de production, les genres et les thèmes (passionnantes notices sur les villes de Transoxiane, mêlant dans un esprit d’érudition traditionnelle les données de l’historiographie classique, parfois de l’histoire sacrée, et le fruit de recherche archéologique et historiques modernes). Cette encyclopédie présente le premier essai de répertoire continu de la littérature persane d’Asie Centrale incluant les périodes soviétique et actuelle depuis l’« Encyclopédie de la littérature et de l’art tadjiks » entreprise au Tadjikistan à la fin des années 1980 et demeurée inachevée (cf. Enciklopediai adabijot va san‘at-i tojik, 2 vols. parus sur les trois prévus, Douchabeh, 1988 et 1989).

2Il faut cependant admettre que la période contemporaine continue de souffrir d’une connaissance bien superficielle, et d’un parti pris éditorial timoré – on n’a, apparemment, voulu fâcher personne : les notices, principalement biographiques, relatives à la seconde moitié du 20e s., rédigées par des spécialistes tadjiks, se limitent souvent à l’énumération d’œuvres sans véritable analyse ni même évocation de leur contenu, ce qui les frappe d’inutilité, tandis qu’un certain nombre de personnages gênants semblent avoir été éliminés de manière concertée (comme l’écrivain et homme de télévision de Kulab, Sayf Rahîmzâd, figure majeure des milieux lettrés tadjiks depuis la perestroïka, assassiné en 2001 dans des circonstances troubles, et sur la personnalité et l’œuvre duquel l’unanimité ne s’est pas encore faite). Il faut aussi déplorer la pauvreté générale des bibliographies, qui font l’impasse sur les articles de revues et se contentent de renvoyer aux principales sources primaires publiées ou aux monographies modernes. Enfin les traditions orales sont, paradoxalement, les grandes absentes de l’ouvrage malgré le rôle fondamental qu’elles continuent de jouer, en Asie Centrale, dans la transmission de l’adab. Malgré ces réserves, l’ensemble dont il faut encore souligner la grande qualité de présentation constitue, à ce jour, un outil irremplaçable pour quiconque s’intéresse de près aux littératures persanes d’Asie Centrale, des origines à nos jours.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane A. Dudoignon. Ḥasan Anūše, « Dāneš-nāme-ye adab-e fārsī, 1/2, Adab-e fārsī dar āsiyā-ye miyāne. Tehrān, Sāzmān-e čāp va entešārāt-e vezārat-e farhang va eršād-e eslāmī, 1380[/2001], vii-[1]-1041 p., bibliographie cumulative. [Encyclopédie de la littérature persane, 1/2, La littérature persane en Asie Médiane] », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 24 | 2003, document 198, mis en ligne le 05 janvier 2010, consulté le 10 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/34603

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page