Navigation – Plan du site
199
Marina Gaillard

« Le champ d’emploi des termes ‘ayyâr(i) et javânmard(i) dans le Dârâb Nâmeh d’Abu Tâher Tarsusi ». Arabic and Middle Eastern Literatures, 4, 1 (2001), pp. 5-18.

Compte-rendu réalisé par Hossein Esmaïli

Texte intégral

1L’étude confronte les différentes acceptions des termes ʽayyār(ī) et javānmard(ī) dans le Dārāb-nāme de Ṭarsūsī et dans le Samak-e ʽayyār de Farāmarz b. Ḫodādād. Ces mots sont en effet fréquemment utilisés dans le premier de ces récits, qui ne compte pourtant aucun personnage de ʽayyār professionnel, alors que le second, « roman de ʽayyārs » par excellence, fournit des définitions presque « techniques » des notions qu’ils recouvrent. Leurs occurrences les plus significatives, dans le Dārāb-nāme, sont d’abord analysées dans leur contexte, puis comparées à l’enseignement du Samak-e ʽayyār. Il est à noter que des nobles figurent parmi les différents personnages qui, dans le premier, agissent « à la manière des ʽayyārs ». Le terme ʽayyārī s’y rencontre encore dans des récits de combat régulier sur le champ de bataille, à la chasse, ou pour qualifier des actes commis par des personnages tout à fait mauvais, situations absentes de Samak-e ʽayyār. L’appellation javānmard, commune à toutes les classes sociales et même à différents peuples, ne s’adresse pas systématiquement, comme c’est le cas dans le Samak-e ʽayyār, à un individu dont les qualités morales lui vaudraient réellement d’être ainsi nommé. Mais les actions de javānmardī relèvent de la même dimension éthique dans les deux récits. Il semble donc que ces termes recouvrent un champ d’emploi plus vaste dans le Dārāb-nāme, révélant par là-même qu’ils devaient être familiers à son auditoire. Que les termes ʽayyār et ʽayyārī aient dérivé d’un usage professionnel pour se répandre à travers toute une société ou que le Samak-e ʽayyār se soit attaché à n’en retenir que cet usage, ou encore que leurs divers emplois tiennent à la nature des récits, les deux textes offrent en tout cas une complémentarité intéressante pour la compréhension de ces notions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hossein Esmaïli. Marina Gaillard, « « Le champ d’emploi des termes ‘ayyâr(i) et javânmard(i) dans le Dârâb Nâmeh d’Abu Tâher Tarsusi ». Arabic and Middle Eastern Literatures, 4, 1 (2001), pp. 5-18. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 24 | 2003, document 199, mis en ligne le 05 janvier 2010, consulté le 20 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/34604

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page