Navigation – Plan du site
202
ʽAṭā’ Malik Juvaynī

Tārīḫ-i Jahāngušā. Éd. Muḥammad Qazvīnī, Tehrān, Naqš-i qalam, 1379/2000, 3 vol.

Compte-rendu réalisé par Denise Aigle

Entrées d’index

Auteurs mentionnés :

Muḥammad Qazvīnī
Haut de page

Texte intégral

1Ces trois volumes sont une réimpression intégrale de la première édition du texte, parue en 1912 dans la série E. J. W. Gibb Memorial Series, vol. XVI. Cette réédition est très bienvenue car il était aujourd’hui impossible de se procurer ce texte si important pour l’histoire de la première période mongole.

2Juvaynī (ca. 1226-1283) était issu d’une famille de notables du Khorâssân qui avaient tenu de hautes charges sous les Seldjoukides et les Khwârazmshâhs. Ils se mirent au service des Mongols après que ces derniers eurent conquis l’Iran oriental. ʽAṭā’ Malik a séjourné en Mongolie de 1249 à 1251 et, après un bref retour dans ses terres, une seconde fois de 1251 à 1253.

3Le Tārīḫ-i Jahāngušā, commencé à Qara Qorum en 1252 ou 1253, est le produit de son temps : le récit manque parfois d’objectivité, mais le témoignage de son auteur est de première importance car il est le seul historien persan à avoir séjourné en Mongolie. Sa chronique est du plus grand intérêt pour le récit des conquêtes mais également d’un point de vue d’histoire culturelle et religieuse. En effet, il a observé à la cour mongole nombre de coutumes, de tabous et de pratiques. Son récit peut être comparé à ceux des missionnaires latins envoyés dans l’empire mongol, Jean de Plan Carpin et Guillaume de Rubrouck, « ethnologues » avant la lettre. Pour cette raison, Juvaynī est l’une des principales sources à laquelle puisèrent les historiens mamelouks et l’historien de langue syriaque, Bar Hebraeus. Outre son intérêt historique, la chronique de Juvaynī, dans laquelle sont insérés des poèmes en arabe, en persan, des vers de sa propre composition, est également un texte d’intérêt littéraire, témoin du style et de la prose de son époque.

4Cette édition est précédée d’une introduction sur la biographie de l’éditeur du texte, Muḥammad Qazvīnī (pp. 4-13), suivie d’une liste de ses travaux (pp. 4-10).

5Nous profitons de cette notice pour signaler la réédition de la traduction du texte de Juvaynī par J. A. Boyle qui était parue en 1958 : Ata-Malik Juvayni, Genghis Khan. The History of the World-Conqueror, trans. and ed. J. A. Boyle, with an introduction by David O. Morgan, Manchester, University Press and Seattle, University of Washington Press, 1997, lxvii + 763 p., 3 maps. Voir le compte rendu par Charles Melville dans Iranian Studies, vol. 32/3 (1999), pp. 435-437.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denise Aigle. ʽAṭā’ Malik Juvaynī, « Tārīḫ-i Jahāngušā. Éd. Muḥammad Qazvīnī, Tehrān, Naqš-i qalam, 1379/2000, 3 vol. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 24 | 2003, document 202, mis en ligne le 05 janvier 2010, consulté le 23 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/34611

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page