Navigation – Plan du site
210
A. A. Seyed-Ghorab

« The Art of Riddling in Classical Persian Poetry ». Edebiyât, 12, 1 (2001), pp. 15-36.

Compte-rendu réalisé par Ève Feuillebois-Piérunek

Texte intégral

1Cet artifice rhétorique a peu été étudié malgré sa grande popularité. L’auteur étudie le luġaz (et non la muʽammā), qu’il traduit par le terme anglais « riddle », dont le sens est très large : logogryphe, énigme, rebus, charade, épigramme, charade arithmétique. Il examine les définitions données par les traités de rhétorique de Rādūyānī, Vaṭvāṭ et Šams-e Qeys, qui se refèrent à une charade sous forme de question, populaire au Khorâssân et appelée čīstān. Les premières charades datent d’avant le 11e s. (Rūdakī, Abū Ṭāher, Munjīk Termeḏī, Ferdowsī). Le développement du luġaz est lié à l’essor de la description à la cour ghaznavide (Manūčehrī-e Dāmġānī). Les charades sur les noms propres devinrent très populaires au 12e s. avec Masʽūd Saʽd-e Salmān, Muʽezzī, Anvārī. Comme la charade apparaît surtout dans le nasīb de la qaṣīde, son développement et son déclin sont étroitement liés à cette forme poétique. Mais on la trouve également dans le matnavī chez Sanā’ī ou Ḫāqānī. Le luġaz connaît un regain d’intérêt au 18e s. avec le bāzgašt-e adabī. Il est actuellement pratiqué par les poètes Faṣīḥ al-Mulk Šīrāzī et Abū al-Qāsim Ḥālat.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ève Feuillebois-Piérunek. A. A. Seyed-Ghorab, « « The Art of Riddling in Classical Persian Poetry ». Edebiyât, 12, 1 (2001), pp. 15-36. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 24 | 2003, document 210, mis en ligne le 05 janvier 2010, consulté le 19 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/34630

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page