Navigation – Plan du site
215
S. A. Vakīliyān

Qeṣṣe-hā-ye mardom, gerdāvarde-ye pažūhešgarān-e pažūheškade-ye mardom-šenāsī. Sāzman-e mīrāṯ-e farhangī (Iranian Cultural Heritage Organization), Tehrān, Našr-e Markaz, 1379/2001, 448 p.

Compte-rendu réalisé par Marina Gaillard

Entrées d’index

Auteurs mentionnés :

Ḥossein Esmāʽīlī
Haut de page

Texte intégral

1Ce volume, qui réunit 80 des 970 contes populaires recueillis auprès de conteurs entre 1994 et 1995, constitue un précieux apport de matériaux pour la connaissance du folklore iranien. Publiés avec soin, sans intervention du collecteur ni de l’éditeur, les textes sont accompagnés de quelques informations sur le conteur, dont son identité, son âge, le lieu où il réside, éventuellement son métier. Ils sont ensuite suivis d’une notice qui donne la comparaison avec les types Aarne et Thompson ainsi que des références à d’autres versions du même conte ou à différentes études sur le sujet.

2Un certain nombre de négligences, en ce qui concerne les références aux études citées, sont cependant à déplorer. Ainsi, la notice suivant l’histoire du destin que l’on ne peut contrecarrer (pp. 309-311) présente le résumé d’un conte portant sur le même thème et publié dans Āvarde-and ke... : non seulement les références à cet ouvrage ne sont pas données (Āvorde-and ke..., Dāstān-hā-ye kohan-e īrānī, éd. Abo’l-Faḍl Qāḍī, Tehrān, Našr-e Rahnemā, 1362), mais il n’est pas signalé non plus que ce résumé est repris mot pour mot d’un article de Ḥ. Esmāʽīlī, « Dāstān-e Zāl az dīdgāh-e qowm-šenāsī ». La notice renvoie certes ensuite à cet article, mais sans préciser à aucun moment que les phrases précédentes en ont été extraites. De plus, elle renvoie à l’édition iranienne de cet article, publié dans Tan-e pahlavān-o ravān-e ḫeradmand, sans en fournir les références (éd. Š. Meskūb, Ṭarḥ-e now, Tehrān, 1374, pp. 179-228) ; elle ne signale pas non plus que cet article est initialement paru dans Irān-nāme 10, 1 (1370), pp. 145-184. Le même fait se répète à la suite du conte portant sur le thème de la force émanant des longues chevelures (pp. 442-443) : la notice emprunte plusieurs lignes au même article de Ḥ. Esmāʽīlī, sans le citer. En fin de paragraphe figure une mention renvoyant, pour plus d’informations sur le sujet dans la littérature orale, au titre de l’article cette fois accompagné de références, mais sans que le nom de l’auteur soit cité.

3En règle générale, les références complètes sont rares, et l’ouvrage ne comportant pas de bibliographie, ces renvois pourtant intéressants ne sont guère faits pour faciliter le travail du chercheur. On ne peut qu’inciter celui-ci à la plus grande prudence quand il s’agit d’utiliser les données fournies dans les notices, dans la mesure où il risque de citer comme originales des réflexions qui appartiennent à un autre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marina Gaillard. S. A. Vakīliyān, « Qeṣṣe-hā-ye mardom, gerdāvarde-ye pažūhešgarān-e pažūheškade-ye mardom-šenāsī. Sāzman-e mīrāṯ-e farhangī (Iranian Cultural Heritage Organization), Tehrān, Našr-e Markaz, 1379/2001, 448 p. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 24 | 2003, document 215, mis en ligne le 05 janvier 2010, consulté le 18 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/34644

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page