Navigation – Plan du site
217
Riccardo Zipoli

« The Obscene Sanâ’î ». Persica 17, (2001), pp. 173-194.

Compte-rendu réalisé par Ève Feuillebois-Piérunek

Texte intégral

1L’emploi du hajw/hijā’ (satire, moquerie, agression verbale) et du hazl (ironie, mot d’esprit, facétie) est récurrent dans l’œuvre de Sanā’ī, qu’il s’agisse de sa poésie de cour ou de la poésie mystique. Il fustige d’abord ses ennemis littéraires et politiques, ensuite les hypocrites et faux saints hommes. Ses poèmes satiriques présentent deux aspects novateurs : d’une part, sa satire ne vise plus seulement des personnes, mais aussi des réalités sociales ou politiques ; d’autre part, elle prépare le chemin pour l’usage de vers obscènes dans la poésie mystique (cf. Rūmī). L’obscénité de la poésie mystique de Sanā’ī est généralement un aspect négligé voire ignoré ou rejeté par les chercheurs. Or dans sa Ḥadīqa, Sanā’ī lui-même mentionne la fonction didactique de ce genre de poésie (repris par De Bruijn), qui joint l’amusant à l’utile. Schimmel et Meier à la suite de Van der Loeuw soulignent que les plaisanteries grivoises peuvent servir à relâcher la tension spirituelle. Il convient dans tous les cas de distinguer entre personnalité poétique et personnalité réelle : les vers obscènes ne sont pas forcément « le reflet d’attitudes perverses, dues à une société décadente » (sic, Ḥalabī). Des exemples de vers pédérastiques illustrent les différentes fonctions évoquées plus haut.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ève Feuillebois-Piérunek. Riccardo Zipoli, « « The Obscene Sanâ’î ». Persica 17, (2001), pp. 173-194. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 24 | 2003, document 217, mis en ligne le 05 janvier 2010, consulté le 19 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/34648

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page