Navigation – Plan du site
226
Jalāl Āl-e Aḥmad

Safar-e Āmrīkā. Tehrān, Ketāb-e Siyāmak, 1380/2001, 383 p. [Journal d’Amérique]

Compte-rendu réalisé par Christophe Balaÿ

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Journal de voyage de Jalāl Āl-e Aḥmad aux États-Unis d’Amérique. Le voyage était inédit. On doit cette édition à Moṣṭafā Zamānī-Niyā, sous la direction de Šams Āl-e Aḥmad. J. Āl-e Aḥmad a effectué ce voyage et rédigé cette relation pendant l’été 1344/1965. Quiconque un tant soit peu connaisseur de la personnalité de l’écrivain et du rôle joué par l’intellectuel dans le contexte politique des années 60 ainsi que de l’impact de son œuvre dans la littérature persane contemporaine, saisira l’importance de la publication de cette œuvre inédite, d’une certaine ampleur par rapport aux autres journaux de voyage d’Āl-e Aḥmad. La virulence du propos – qui en interdit la publication – et la renvoie trente-cinq ans plus tard, trahit l’état d’inquiétude et de fureur dans lequel se trouve Āl-e Aḥmad pendant les dernières années de son existence (il mourra quatre ans plus tard). L’écrivain se rend aux USA, à l’université d’Harvard, à l’invitation des autorités américaines dans le cadre d’une conférence estivale annuelle des écrivains étrangers et américains, tenue pour établir un contact entre divers intellectuels et l’Amérique. La toile de fond politique est bien visible et le contexte historique international (la guerre du Vietnam, la guerre froide...) se double pour Āl-e Aḥmad du contexte iranien contraignant pour les intellectuels. Le régime Pahlavī laisse peu de répit à son intelligentsia et c’est en apprenant la nouvelle de l’arrestation de Ḫalīl Malekī et de quelques-uns de ses amis qu’Āl-e Aḥmad, hésitant tout d’abord, se décide à rentrer en Iran. Ce voyage en Amérique prend d’autant plus de poids et d’intérêt quand on sait qu’il est contemporain de la genèse de « Ġarbzadegī », le célèbre essai de l’écrivain qui ne parut dans son intégralité qu’après la révolution de 1978 et qui contient bien des traits, bien des analyses qui nourriront la pensée révolutionnaire iranienne. Le journal de voyage est suivi d’un extrait du Kārnāme-ye se sāle (bilan de trois années), relatif au « kārnāme-ye do māhe » de Harvard. Puis un très riche index des noms. Œuvre capitale, donc, pour contribuer à l’interprétation de l’ensemble des écrits d’Āl-e Aḥmad, comme de l’histoire des idées politiques dans l’Iran pré-révolutionnaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Balaÿ. Jalāl Āl-e Aḥmad, « Safar-e Āmrīkā. Tehrān, Ketāb-e Siyāmak, 1380/2001, 383 p. [Journal d’Amérique] », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 24 | 2003, document 226, mis en ligne le 05 janvier 2010, consulté le 18 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/34665

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page