Navigation – Plan du site
228
Reḍā ʽĀmerī

« Bāzgardāndan-e goḏašte be ḫāṭere-ye matn ». Kārnāme, n° 16-17, (1380/2001), pp. 82-86. [Le retour du passé à la mémoire du récit]

Compte-rendu réalisé par Christophe Balaÿ

Entrées d’index

Auteurs mentionnés :

Hūšang Golšīrī
Haut de page

Texte intégral

1Reḍā ʽĀmerī place sa lecture du récit de Hūšang Golšīrī Dast-e tārīk, dast-e rowšan sous l’égide de Jacques Derrida et de Paul Ricœur qui déclarent que l’intellectuel du futur doit apprendre à parler aux esprits et que l’homme moderne doit apprendre à vivre avec ses mythes. Hūšang Golšīrī, dans les récits des dix dernières années de sa vie, que ce soit Ḫāne-ye rowšanān, ou Jenn-nāme... incarne parfaitement cet intellectuel moderne et donne la preuve de la maturité de l’écriture persane narrative contemporaine qui sait jouer avec l’esprit de son temps et ceux de son passé. On trouvera ce récit écrit en 1993, édité deux fois (en 1995, Tehrān, éd. Nīlūfar et aux mêmes éditions en 2001 dans les nouvelles complètes Nīme-ye tārīk-e māh, cf. c.r. n° 252).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Balaÿ. Reḍā ʽĀmerī, « « Bāzgardāndan-e goḏašte be ḫāṭere-ye matn ». Kārnāme, n° 16-17, (1380/2001), pp. 82-86. [Le retour du passé à la mémoire du récit] », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 24 | 2003, document 228, mis en ligne le 05 janvier 2010, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/34670

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page