Navigation – Plan du site
160
B. Hjerrild

Studies in Zoroastrian Family Law. A Comparative Analysis. Copenhague, Museum Tusculanum Press/Université de Copenhague, 2003, 224 p. (Carsten Niebuhr Institute Publications, 28).

Compte-rendu réalisé par Étienne de La Vaissière

Texte intégral

1Cet ouvrage étudie 4 institutions juridiques sassanides relevant du droit familial : Sardārīh, Cakarīh, Ayōkēnīh, Xvētōdah, qui ont toutes pour but de permettre la naissance d’un héritier, soit en permettant à l’épouse de contracter un second mariage spécial (Cakarīh), soit en mariant sa sœur ou sa fille et en adoptant ses enfants (Ayōkēnīh), ou encore en instituant un ‘tuteur’ dont les enfants à naître seront considérés comme les héritiers d’un homme sans enfant (Sardārīh). Le mariage peut également avoir lieu entre parents très proches (Xvētōdah). L’A. cite pour chacune d’elles les extraits appropriés du Mātiyān ī hazār Dātistān, des Rivāyat d’Aturfarnbag et de Farnbag Srōš et des Rivayāt ī Ēmēt ī Ašavahištān, en donnant pour chaque passage une copie du manuscrit, une transcription et une traduction. Suit un commentaire du passage. L’ensemble est très sérieux, mais peut-être aurait-on souhaité une conclusion développée et synthétique permettant d’aller au-delà des arcanes de la jurisprudence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Étienne de La Vaissière. B. Hjerrild, « Studies in Zoroastrian Family Law. A Comparative Analysis. Copenhague, Museum Tusculanum Press/Université de Copenhague, 2003, 224 p. (Carsten Niebuhr Institute Publications, 28). », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 26 | 2005, document 160, mis en ligne le 08 décembre 2005, consulté le 26 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/3468

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page