Navigation – Plan du site
232
Kudoynazar ASOZODA

Adabiyoti tojik dar sadai XX. Douchanbeh, Moarif, 1999, 448 p. [La littérature tadjique au 20e s.]

Compte-rendu réalisé par Stéphane A. Dudoignon

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Compilation de notices écrites par l’auteur pour divers ouvrages encyclopédiques, ce recueil se présente comme une suite de biographies synthétiques, suivies d’une ou deux références bibliographiques, sur de nombreuses figures de la littérature persane contemporaine d’Asie Centrale, en quatre catégories assez composites : 1) savants et premiers intellectuels du tournant du 20e s., apparentés ou non au mouvement jadîd (les oulémas Wâzih, Sarîr et Ziyâ voisinent ici avec le chroniqueur de cour Sâmî ou les éditorialistes Fitrat et ‘Aynî) ; 2) écrivains de statut divers appartenant aux premières décennies de la période soviétique (le poète du sabk-i hindî Jawharî, le satiriste bolchevique ‘Azîzî, le romancier nostalgique de l’adab classique Jalâl Ikrâmî, etc.) ; 3) classiques tadjiks du 20e s. Aux profils antinomiques (le désolant Tursûnzâda et le contestataire Muhammadiev) ; 4) enfin un fourre-tout sur les écrivains professionnels – et passablement conformistes – des vingt dernières années de la période soviétique, aujourd’hui caciques d’une moribonde Union des Écrivains du Tadjikistan (Sârbân, Kûhzâd, Samad, Akâbir, etc.). La remuante génération des trentenaires de la perestroïka (Bahmanyâr, Sayf Rahîmzâd, M.-Z. Sâleh, etc.), aujourd’hui grisonnants et brisés par le choc de la guerre, a été soigneusement laissée de côté du présent volume, en dépit d’indéniables succès d’écriture et d’une popularité qui ne se dément pas. C’est dire si la présente tentative de mise en ordre d’un passé littéraire encore récent, et actif dans les mémoires, pose problème. Sans doute les bouleversements sociaux et politiques de ces dernières années, et la déliquescence rapide du système d’enseignement scolaire et supérieur du Tadjikistan contribueront-ils à l’émergence prochaine de nouvelles lectures de cette grille historique à la fois hétéroclite et compassée, et à un tri dans ces suites de notices où d’innombrables plumitifs côtoient quelques rares auteurs afin de mieux étoffer, comme cela se faisait naguère, les statistiques trompeuses de la presque défunte Union des Écrivains.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane A. Dudoignon. Kudoynazar ASOZODA, « Adabiyoti tojik dar sadai XX. Douchanbeh, Moarif, 1999, 448 p. [La littérature tadjique au 20e s.] », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 24 | 2003, document 232, mis en ligne le 05 janvier 2010, consulté le 20 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/34681

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page