Navigation – Plan du site
238
Elmīrā Dādvar

« La solitude et le mythe de la vie moderne ». Luqmān, 17, n° 2, (printemps-été 2001), pp. 55-66.

Compte-rendu réalisé par Christophe Balaÿ

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1L’A. lit en marge de quelques récits persans contemporains (de Ṣādeq Hedāyat, Jalāl Āl-e Aḥmad, M. Dowlatābādī, Bozog ʽAlavī, Jamāl Mīr-Ṣādeqī, Hūšang Golšīrī) la transformation progressive de l’espace urbain en Iran et ses conséquences anthropologiques et sociologiques : par exemple la disparition de la structure bipartite de la maison iranienne, la disparition du jardin, celle du hammam et l’apparition de nouvelles architectures, jusqu’aux tours qui couvrent les pentes de l’Alborz comme des champignons après la pluie. Des modes de vie sociale disparaissent, une certaine solitude envahit le champ social avec le progrès de l’individualisme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Balaÿ. Elmīrā Dādvar, « « La solitude et le mythe de la vie moderne ». Luqmān, 17, n° 2, (printemps-été 2001), pp. 55-66. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 24 | 2003, document 238, mis en ligne le 05 janvier 2010, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/34700

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page