Navigation – Plan du site
163
A. Panaino

« The baān of the Fratarakas: gods or ‘divine’ kings ? », in : C. G. Cereti, M. Maggi and E. Provasi, eds., Religious themes and texts in pre-Islamic Iran and Central Asia. Studies in honour of Professor Gherardo Gnoli on the occasion of his 65th birthday on 6th December 2002. Wiesbaden, Dr. Ludwig Reichert Verlag, 2003, pp. 265-288. (Beiträge zur Iranistik, 24).

Compte-rendu réalisé par Frantz Grenet

Texte intégral

1Contribution importante au problème longuement débattu (l’article fournit une bibliographie exhaustive) de la signification à donner à la formule prtrk’  ZY  LHY’ (Frataraka ī baān) qui suit le nom du souverain sur les monnaies des quatre premiers Frataraka autonomes du Fārs, pour lesquels l’auteur adopte la chronologie de Callieri : c. 200-180 av. n.è. Plusieurs des solutions proposées précédemment pour l’identité de ces baān sont réfutées avec de très forts arguments : ce ne sont ni les souverains achéménides divinisés après leur mort (usage dont il n’existe aucune confirmation), ni les Séleucides (pourquoi les Fratarakas si soucieux d’affirmer leur indépendance auraient-ils immédiatement pris acte de l’épithète divine theos qui venait d’être conférée à Antiochos III ?), ni les Arsacides (qui ne se sont intitulés theopatôr puis theos qu’en grec, et à une époque plus tardive). La solution finalement retenue est de voir dans les baān les dieux protecteurs de la dynastie achéménide, dieux au nom desquels les Frataraka qui ne revendiquaient pas une ascendance royale étaient censés exercer leur pouvoir.

2Cette solution est séduisante et elle s’accorderait bien avec les symboles religieux figurés au revers des monnaies. On peut toutefois se demander si l’option consistant à voir dans ’LHY’ une autodésignation des souverains (voir M.-L. Chaumont, RHR 153, 1958, p. 170) n’a pas été enterrée un peu vite. Rien ne s’opposerait en effet à ce qu’ici l’eḍāfe introduise non pas une relation de dépendance mais une apposition (cf. ’nhyt  ZY  MROTA « Anāhīd la Dame » à Paikuli et sur des légendes monétaires). On aurait pu éprouver le besoin de gloser le titre Frataraka, appartenant au passé achéménide et peut-être compris désormais comme nom dynastique, par ’LHY’ « seigneur » (forme notant le pluriel de majesté baān, ou déjà identique à l’idéogramme pehlevi ORHYA = bay).

3L’article contient par ailleurs des discussions approfondies sur la question de la sémantique de baga- > bay, sur l’expression kē čihr az yazadān, etc.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frantz Grenet. A. Panaino, « « The baān of the Fratarakas: gods or ‘divine’ kings ? », in : C. G. Cereti, M. Maggi and E. Provasi, eds., Religious themes and texts in pre-Islamic Iran and Central Asia. Studies in honour of Professor Gherardo Gnoli on the occasion of his 65th birthday on 6th December 2002. Wiesbaden, Dr. Ludwig Reichert Verlag, 2003, pp. 265-288. (Beiträge zur Iranistik, 24). », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 26 | 2005, document 163, mis en ligne le 08 décembre 2005, consulté le 16 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/3475

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page