Navigation – Plan du site
256
Ḥoseynī, Ṣāleḥ et Ra’ūfī, Pūyā

Golšīrī-ye kāteb va ḫāne-ye rowšanān. Tehrān, Nīlūfar, 1380/2001, 144 p. [Golšīrī le scribe et la maison des lumineux]

Compte-rendu réalisé par Christophe Balaÿ

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Etude analytique d’une très hermétique nouvelle de Hūšang Golšīrī : Ḫāne-ye Rowšanān, datée 1370-1/1991-2 et publiée en 1378/1999 dans le recueil Dast-e tārīk, dast-e rowšan (Tehrān, Nīlūfar). Les A. font une analyse précise du rapport entre le discours et l’instance du récit, du titre, de la thématique de l’ombre et de la lumière puis de la structure narrative. Dans une deuxième partie, ils analysent les grands traits de l’écriture narrative chez Golšīrī : l’art de la miniature ; le monologue intérieur ; le lyrisme de la prose ; l’intertextualité des récits classiques dans la nouvelle moderne. Après l’index des sources, on trouvera le texte de la nouvelle entièrement reproduit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Balaÿ. Ḥoseynī, Ṣāleḥ et Ra’ūfī, Pūyā, « Golšīrī-ye kāteb va ḫāne-ye rowšanān. Tehrān, Nīlūfar, 1380/2001, 144 p. [Golšīrī le scribe et la maison des lumineux] », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 24 | 2003, document 256, mis en ligne le 05 janvier 2010, consulté le 20 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/34757

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page