Navigation – Plan du site
257
Nāṣer Īrānī

« Āsīb-šenāsī-ye dāstān-e jang ». Adabiyyāt-e dāstānī, n° 55, (2001), pp. 6-7. [Pathologie du récit de guerre]

Compte-rendu réalisé par Christophe Balaÿ

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Nāṣer Īrānī dresse un bilan sévère de la littérature de guerre en Iran, victime, selon lui, d’un mauvais traitement. En effet, quand la littérature devient l’instrument au service d’une idéologie – quelle qu’elle soit – elle est détournée de sa nature essentielle qui est artistique, donc libre de toute contrainte extérieure. En art, les contraintes sont internes. Le pire exemple, affirme Īrānī, fut la littérature soviétique, qui aboutit à une réelle impasse. L’A. de l’article énumère cinq facteurs qui entravent le développement de ce type de littérature en Iran : l’absence de toute production systématique ; l’absence de conditions socioculturelles favorables au développement du roman ; une tradition narrative pauvre en comparaison de la tradition orale ; la bipolarité du système politique iranien qui fait de la littérature l’otage de l’idéologie ; l’incohérence de la politique d’aide à la littérature de guerre. La littérature, conclut-il, est une forêt vierge ; on ne l’apprivoise pas ainsi. On peut la détruire à coup de machette mais on ne l’organise pas sous la contrainte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Balaÿ. Nāṣer Īrānī, « « Āsīb-šenāsī-ye dāstān-e jang ». Adabiyyāt-e dāstānī, n° 55, (2001), pp. 6-7. [Pathologie du récit de guerre] », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 24 | 2003, document 257, mis en ligne le 05 janvier 2010, consulté le 20 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/34760

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page