Navigation – Plan du site
275
Seyyed Ebrāhīm Nabavī

« Golšīrī češm-e mā būd ». Kārnāme, n° 21, (mordād-šahrīvar 1380/2001), pp. 24-25. [Golšīrī était notre œil]

Compte-rendu réalisé par Christophe Balaÿ

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Paraphrasant une phrase célèbre, Nabavī, journaliste et humoriste, se souvient d’avoir rencontré Hūšang Golšīrī pendant les années cruelles et dramatiques où Mīr-ʽAlā’ī, Moḫtārī et Pūyande disparaissaient brutalement ; années de terreur pour les intellectuels et les écrivains iraniens. Nabavī, jeune écrivain, évoque ces premières rencontres qui furent pour lui déterminantes dans son métier, et il raconte l’annonce brutale de la mort de Golšīrī à Téhéran, alors qu’il était lui-même en voyage, le vide qu’il ressentit, et cet effroi.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Balaÿ. Seyyed Ebrāhīm Nabavī, « « Golšīrī češm-e mā būd ». Kārnāme, n° 21, (mordād-šahrīvar 1380/2001), pp. 24-25. [Golšīrī était notre œil] », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 24 | 2003, document 275, mis en ligne le 05 janvier 2010, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/34796

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page