Navigation – Plan du site
281
Kāmrān Pārsī-Nežād

« Dāstān-hā-ye jang : form, zabān va moḥtavā ». Adabiyyāt-e dāstānī, n° 55, (2001), pp. 21-23. [Les récits de guerre : forme, langue et contenu]

Compte-rendu réalisé par Christophe Balaÿ

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Dans cet article sur les structures narratives du récit de guerre, l’A. porte un jugement relativement sévère sur la faible qualité littéraire de la plupart des textes de ce corpus. Le reproche fondamental qu’il formule est le manque de professionnalisme des auteurs. En effet – mais n’y a-t-il pas malentendu sur l’ensemble de ce phénomène ? – la plupart des textes se présentent plutôt comme des documents bruts dont peu bénéficient par la suite du travail de récriture indispensable pour les faire accéder au statut de texte littéraire. L’erreur ne serait-elle pas de parler, comme il est convenu de le faire depuis quinze ou vingt ans, de « littérature de guerre » ? Si littérature est pris au sens métaphorique aujourd’hui en faveur (littérature scientifique...) alors, il ne faut pas chercher d’autre critère que celui qui définit un document. De toute cette « littérature », néanmoins, sont sortis et sortiront encore quelques textes qui, selon le génie de leurs auteurs, viendront se ranger aux côtés des œuvres narratives qui forment le corpus de la littérature persane contemporaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Balaÿ. Kāmrān Pārsī-Nežād, « « Dāstān-hā-ye jang : form, zabān va moḥtavā ». Adabiyyāt-e dāstānī, n° 55, (2001), pp. 21-23. [Les récits de guerre : forme, langue et contenu] », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 24 | 2003, document 281, mis en ligne le 05 janvier 2010, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/34811

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page