Navigation – Plan du site
282
Šahrnūš Pārsīpūr

« Negāhī be ‘Zan va kūdak bā gonješk va tarāne’ ». Kelk, n° 124, (1380/2001), pp. 32-33. [Regard sur « La femme et l’enfant avec le moineau et le chant »]

Compte-rendu réalisé par Christophe Balaÿ

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Šahrnūš Pārsīpūr s’émerveille de l’éclosion de l’écriture féminine en Iran. Après l’isolement de Sīmīn Dānešvar, portée par le succès de Sūvašūn, à la fin des années 60, l’entrée en scène de Golī Taraqqī, Pārsīpūr elle-même ainsi que de quelques autres femmes dans les années 70, l’A. constate avec bonheur que les années 80-90 ont fait exploser les statistiques de la production féminine littéraire persane et elle regrette de ne pas être en Iran (elle vit aux USA) pour pouvoir lire au fur et à mesure cette immense production. Elle saisit l’occasion pour s’attarder sur le recueil de nouvelles d’une jeune femme écrivain, Sūfiyā Maḥmūdī, dont elle fait un grand éloge. La réaction de Pārsīpūr montre, si c’était nécessaire, à quel point les liens qui se tissent entre l’écriture persane de l’intérieur et celle de l’extérieur sont intimes et constants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Balaÿ. Šahrnūš Pārsīpūr, « « Negāhī be ‘Zan va kūdak bā gonješk va tarāne’ ». Kelk, n° 124, (1380/2001), pp. 32-33. [Regard sur « La femme et l’enfant avec le moineau et le chant »] », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 24 | 2003, document 282, mis en ligne le 05 janvier 2010, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/34813

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page